mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Affaire Canal+ : une juge désignée

Affaire Canal+ : une juge désignée

Nouvelobs.com

mardi 21 juin 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Nathalie Turquey, juge d’instruction au tribunal de Paris, a été désignée pour instruire l’affaire des éventuelles surveillances de salariés.

La juge d’instruction Nathalie Turquey, du tribunal de Paris, a été chargée lundi 20 juin de l’enquête judiciaire sur les éventuelles surveillances de salariés de Canal+ par le service sécurité de la chaîne, a-t-on appris mardi de source judiciaire. Un ancien employé des services sécurité de la chaîne et ex-agent de la DGSE (direction générale de la sécurité extérieure) Pierre Martinet a affirmé dans un livre avoir personnellement filé et photographié Bruno Gaccio, l’auteur des Guignols, à la demande de l’ancien responsable de la sécurité de Canal+, Gilles Kaehlin et de son adjoint, Gilbert Borelli. Il rapporte également dans son ouvrage un projet de machination de ce même service, visant à accuser Bruno Gaccio, surnommé "Golf", de viol ou à le mêler à une affaire de drogue pour le discréditer et affirme que les e-mails et la liste des appels de l’animateur ont été surveillés.

Plainte contre X

Pierre Martinet a par la suite affirmé avoir préparé un projet d’agression contre Bruno Gaccio, en rédigeant un "dossier action" de 37 pages qui a été joint au dossier, selon Le Monde. Publicité

Bruno Gaccio apparaissait alors, selon Pierre Martinet, comme le meneur de la contestation contre la nouvelle direction de Canal+, après le départ de Pierre Lescure et l’arrivée de Xavier Couture, transfuge de TF1. Face à ces affirmations, Bruno Gaccio a porté plainte contre X avec constitution de partie civile, notamment pour "atteinte à la vie privée d’autrui". Ce type de plaintes entraîne quasi-automatiquement la désignation d’un juge d’instruction. De leur côté, Gilles Kaehlin et Gilbert Borelli ont déposé des plaintes avec constitution de partie civile contre Martinet et son éditeur pour diffamation.

"Tissu de mensonges"

Au total, une dizaine de salariés de Canal+, dont Michel Rocher, ancien directeur technique de Studio Canal, le studio cinéma de Canal+, auraient fait l’objet de surveillances, selon Pierre Martinet qui dit avoir conservé des documents attestant ses dires. Michel Rocher a également porté plainte contre X dans ce dossier. "Ces faits, s’ils sont avérés par la justice, sont pour moi d’une extrême gravité", avait expliqué Bruno Gaccio au journal Le Parisien, espérant "que la justice ira jusqu’au bout". Gilles Kaehlin, qui a démissionné mardi de Canal+ pour "mieux répondre aux attaques", a pour sa part dénoncé dans la presse "un tissu de mensonges" dicté selon lui, par "la malveillance". Il affirme n’avoir rencontré Pierre Martinet que quatre ou cinq fois et explique que ce dernier avait filé Michel Rocher "par excès de zèle". S’il reconnaît avoir consulté le listing du téléphone professionnel de ce dernier, il dément en revanche toute enquête sur Bruno Gaccio.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :