jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La CIA craint qu’Al-Qaida prépare des attentats en Europe

La CIA craint qu’Al-Qaida prépare des attentats en Europe

Gérard Davet et Isabelle Mandraud, le Monde

jeudi 4 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les services de renseignement américains ont transmis à leurs homologues européens des informations alarmantes. D’après l’Agence centrale de renseignement (CIA) américaine, "des opérationnels d’Al-Qaida basés en Europe et aux Etats-Unis" auraient le projet de commettre "des attaques-suicides ou des attentats à l’explosif" contre des cibles à Londres et dans des villes en Allemagne, en Italie et en France. Des attentats, selon la CIA, pourraient avoir lieu en octobre en Europe et aux Etats-Unis.

En France, les égouts de Paris seraient visés. Les services américains ont intercepté, le 11septembre, un courrier électronique adressé à un dénommé Salah Gasmi, présenté comme "le chef du comité médiatique" d’Al-Qaida au Maghreb islamique, l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) dirigé par Abdelmalek Droudkel.

Ce courriel, rédigé en anglais par un auteur inconnu, suggère la mise en œuvre d’un attentat contre les égouts de Paris dans le but de provoquer le chaos dans la ville. Les services français restent circonspects sur la probabilité d’un tel acte, déjà évoqué dans le passé et dont l’éventualité avait fait l’objet d’un reportage sur la chaîne de télévision arabe Al-Jazira.

De telles menaces sont fréquentes, et la CIA répercute toute information lui parvenant, indique-t-on du côté des services de renseignement français. A l’automne 2006, ce type de menace imprécise avait mobilisé les services français, en vain.

Toutefois cette menace doit "être prise au sérieux", selon une note confidentielle de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT), en raison des déclarations récentes du numéro deux d’Al-Qaida, Ayman Al-Zawahiri, appelant l’ex-GSPC à frapper la France et les intérêts français au Maghreb.

Menaces contre des Français en Algérie et en Afghanistan

Un salarié français du groupe Michelin a dû quitter l’Algérie, comme avant lui deux employés d’Aéroports de Paris, sous la menace d’un enlèvement proférée par des djihadistes se réclamant d’Al-Qaida au Maghreb islamique, l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC).

L’attentat, le 21 septembre, contre un convoi de la société Razel, qui avait fait deux blessés légers parmi les expatriés français, avait été revendiquée par Al-Qaida au Maghreb dans des termes, juge l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT), "particulièrement préoccupants".

En Afghanistan, une employée française de l’ONG allemande GTZ aurait fait l’objet d’une menace d’enlèvement. C’est la troisième fois en un mois que des Français employés par des ONG en Afghanistan, où la France a déployé un contigent militaire, sont visés, ce qui, selon une note confidentielle de l’UCLAT, "pourrait indiquer que nos ressortissants font actuellement l’objet d’un ciblage spécifique".

Interrogée, l’UCLAT admet sa préoccupation. "Nous sommes au plus haut niveau d’élévation de la menace terroriste", indique Amaury de Hautecloque, chef adjoint de l’unité de coordination.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :