samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Du carburant pour Technopôle Défense et Sécurité

Du carburant pour Technopôle Défense et Sécurité

Jean-Pascal Lavoie, QuebecHebdo.com

vendredi 5 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Technopôle Défense et Sécurité vient de recevoir un appui de taille sous la forme d’une subvention de 1,3 M$ sur trois ans provenant du Fonds de l’innovation de la région de la Capitale-Nationale.

C’est le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Philippe Couillard, qui en a fait l’annonce la semaine dernière.

Cette somme devrait permettre le démarrage de trois projets structurants, soit le Centre d’intégration technologique, le Bureau de commercialisation et d’intelligence des marchés et le District défense et sécurité. Le Technopôle Défense et Sécurité, qui regroupe une trentaine de membres dont des centres de recherche, des universités et plusieurs entreprises, assure la coordination de cette stratégie.

La filière Défense, Sécurité et Protection civile a été identifiée en tant que créneau d’excellence de la région et est par le fait même admissible à certains programmes réservés. Elle regroupe dans la région quelque 80 entreprises représentant 6 000 emplois et 6 centres de recherche réunissant plus de 800 chercheurs. Parmi ces centres, on retrouve le plus important centre de recherche en Défense et sécurité au Canada, soit Recherche et Développement pour la Défense Canada (RDDC) à Valcartier. Au total, ce secteur génère des investissements annuels d’environ 110 M$.

La poursuite de « cette stratégie fera en sorte que la région obtienne sa juste part des retombées industrielles liées aux contrats de la défense et elle permettra d’accélérer le transfert des technologies de la défense vers celui de la sécurité civile », a indiqué le ministre Couillard.

Au cours des cinq prochaines années, on prévoit un accroissement des revenus en Défense et Sécurité de l’ordre de 185 M$, la création de 800 emplois directs à haute valeur ajoutée et de 1 600 emplois indirects. On envisage aussi la réalisation d’une vingtaine de transferts technologiques, ainsi que des investissements d’environ 20 M$ en infrastructures. La Ville de Québec a d’ailleurs autorisé, en juin dernier, l’implantation de Technopôle Défense et Sécurité dans le parc industriel de Val-Bélair et y aménagera une nouvelle liaison routière.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :