samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Terrorisme : Paris et Alger souhaitent consolider leur partenariat

Terrorisme : Paris et Alger souhaitent consolider leur partenariat

Bienpublic.com

samedi 6 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre algérien de l’Intérieur Yazid Zerhouni, reçu hier à Paris par son homologue française Michèle Alliot-Marie, a estimé que le terrorisme actuel en Algérie « n’a rien à voir avec l’Islam » et que le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) recrute au nom de questions politiques et non religieuses.

Le phénomène, en Algérie comme ailleurs, est selon lui « boosté » par la situation actuelle au Moyen-Orient, guerre en Irak, guerre du Liban l’année dernière, question palestinienne toujours pas résolue, voire la question du nucléaire iranien.

Yazid Zerhouni a expliqué la « perception chez notre opinion qu’il y a comme un retour à une politique de type colonial ». Et jugé également que par une « certaine inadvertance ou peut-être négligence dans certaines déclarations, on participe (...) à la création de l’islamophobie », ce qui « laisse des brèches qui sont exploitées par les extrémistes ». « Construction de la confiance »

La France s’est quant à elle sentie « solidaire » et « proche » des Algériens, frappés récemment par une nouvelle série d’attentats-suicide meurtriers attribués à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI, ex-GSPC), a expliqué Mme Alliot-Marie. Elle a exprimé sa « reconnaissance » à Alger pour l’action des gendarmes algériens, blessés dans un attentat fin septembre près de Lakhdaria alors qu’ils escortaient deux ressortissants français travaillant dans le BTP, qui ont également été blessés.

Les deux ministres se retrouvaient pour faire le point sur les questions communes du partenariat franco-algérien, au premier chef la sécurité, se félicitant de procéder à la « construction de la confiance ».


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :