mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > MAM veut trois fois plus de vidéosurveillance

MAM veut trois fois plus de vidéosurveillance

Nouvelobs.com

dimanche 14 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

"Je compte tripler le nombre de caméras en moins de trois ans, d’ici à fin 2009", affirme la ministre de l’Intérieur.

Michèle Alliot-Marie veut tripler le nombre des caméras de vidéosurveillance en France d’ici à la fin 2009, ce qui pourrait porter leur nombre à un million. "La vidéosurveillance est une nécessité face au terrorisme, et un atout contre l’insécurité", déclare la ministre de l’Intérieur dans Le Monde, daté du samedi 13 octobre. "Je compte donc tripler le nombre de caméras en moins de trois ans, d’ici à fin 2009", ajoute-t-elle. Selon Michèle Alliot-Marie, "l’opinion publique est prête" aujourd’hui à accepter une généralisation de ces systèmes, y compris le projet de recourir aux drones pour prévenir les violences urbaines dans les banlieues.

Déjà 340.000 caméras

Un député PS de Seine-Saint-Denis, Daniel Goldberg, s’était alarmé jeudi du projet de développer ces engins légers de surveillance aérienne pour surveiller les "quartiers", y voyant une stigmatisation des habitants des banlieues. Dans son interview, Michèle Alliot-Marie ne précise pas le nombre actuel de caméras. Selon Le Monde, l’inspection générale de l’administration évalue à 340.000 le nombre actuel de caméras autorisées, qui passeraient donc à plus d’un million d’ici fin 2009. A Paris, la RATP devra porter le nombre des caméras à 6.500, en améliorant la qualité des images disponibles pour la police. En province, sur 230 villes, seules 53 sont raccordées aux centres de commandement de police.

L’exemple anglais

Michèle Alliot-Marie a donc chargé les préfets "d’encourager le transfert des images de vidéosurveillance dont disposent les municipalités, d’ici à la fin de l’année." Le ministère de l’Intérieur prendra à sa charge les frais, estimés à quatre millions d’euros. "Ce projet entre dans ma stratégie pour faire du ministère de l’Intérieur un grand ministère moderne de la sécurité intérieure", explique Michèle Alliot-Marie. Priée de dire si le développement de la vidéosurveillance et, demain, le recours aux drones, ne risquent pas de braquer l’opinion, la ministre souligne que les derniers attentats à Londres ont été évités grâce au système anglais de vidéosurveillance, "dix fois plus développé que le nôtre." A ses yeux, ce secteur est resté "à un état relativement embryonnaire" en France en raison d’une "sous-estimation des problèmes de sécurité."

Baisse de la délinquance en septembre

Elle estime cependant que les maires de droite comme de gauche sont "de plus en plus conscients de l’appui à la sécurité que ces moyens peuvent apporter" et que des progrès ont été accomplis pour protéger la vie privée. "Je serai particulièrement vigilante à ce que la sécurité des Français soit toujours assurée dans le respect de leurs libertés", assure-t-elle. Michèle-Alliot-Marie se félicite par ailleurs des derniers chiffres démontrant une baisse de 7,65% de la délinquance générale en septembre par rapport à septembre 2006. "C’est le meilleur mois de septembre depuis 1995", dit-elle en insistant sur le recul des violences aux personnes, qui est de 7,45%.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :