mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Geodis teste la RFID dans la chaîne logistique

Geodis teste la RFID dans la chaîne logistique

Philippe Guerrier, VNUnet.fr

jeudi 23 juin 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le prestataire français de transport et de logistique a mené un pilote sur son site de Tarbes, en collaboration avec le consortium Smart Tracing.

Difficile pour un groupe comme Geodis d’éluder le cas de la RFID. Cette technologie d’identification radio est présentée comme l’une des plus prometteuses dans son domaine de prédilection : le transport et la logistique. Entre septembre 2004 et juin 2005, le groupe français a réalisé un pilote sur le site de Tarbes (Hautes-Pyrénées) autour d’un process RFID en boucle fermée, en s’appuyant sur le consortium high-tech Smart Tracing. A partir de cette plate-forme logistique du Sud-Ouest de la France, Geodis fournit à son client Alstom des pièces détachées métalliques (lots de vis et de boulons).

Le pilote tourne autour de bacs en plastique et de palettes, qui permettent de transporter les composants à livrer au client. Ces "contenants" sont munis de tags passifs RFID de fréquence 13,56 MHz. Ces puces permettent d’inscrire des données sur les produits à livrer (quantité de pièces, références et désignations des produits....).

Pour l’expédition, les bacs passent par des portiques 3D ou font l’objet d’une lecture à travers des terminaux mobiles de type PDA. Les connexions sans fil servent de passerelles avec le système d’information centrale : le portique 3D est relié au Wi-Fi au réseau tandis que les PDA transmettent les données en Bluetooth sur les imprimantes portables. Pour le retour des bacs dans les entrepôts de Géodis après livraison des pièces chez Alstom, un dispositif similaire est mis en place pour la réception des caisses vides. Les données des tags RFID sont effacées avec le portique de retour des bacs.

Les gains de productivité, le point fort

Fort de la solution "clé-en-main" de Smart Tracing, Geodis assure se montrer ravi de la fiabilité technique et de la viabilité du dispositif RFID. Le groupe de logistique est conscient des avantages qu’il peut en tirer, principalement en termes de productivité. "Il est possible d’effectuer la lecture de 70 bacs en deux ou trois secondes à travers un portique 3D. Avant, il fallait deux à trois secondes pour lire un bac.", commente Jean-Christophe Crespel, Directeur des projets chez Geodis. Autre point de satisfaction : la compatibilité RFID avec le Warehouse Management System (plate-forme technologique dédiée à la gestion des entrepôts) du prestataire logisticien.

Après ce pilote, le groupe Geodis pourrait être tenté de passer à la vitesse supérieure. "La prochaine étape concerne la phase de préparation à l’industrialisation du process RFID au sein du groupe Geodis.", déclare Jean-Christophe Crespel. Le représentant de Geodis se refuse à donner un calendrier de déploiement sans validation définitive du dispositif par la direction du groupe.

Une application "terrain" pour Smart Tracing

Smart Tracing est un consortium industriel destiné à développer une solution RFID "clé-en-main". Il réunit cinq sociétés high-tech : Aldata (gestion d’entrepôts et traçabilité), CIPAM (identification automatique), Sun Microsystems (développeur d’une passerelle RFID), Texas Instrument (fournisseurs de tags et de lecteurs) et Valorfi (cabinet de consulting). Dans le cadre du pilote de Geodis, Smart Tracing a fourni le matériel technique (tags RFID, portiques en 3D, terminaux PDA...). Un serveur Smart Tracing a été mis en place sur le site de Tarbes (Sun Fire V210 incluant Sun Java System RFID Sotfware).


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :