mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La Sûreté de l’Etat était au courant des plans de la kamikaze (...)

La Sûreté de l’Etat était au courant des plans de la kamikaze belge

Belga

samedi 20 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Trois mois avant que Muriel Degauque ne commette un attentat suicide en Irak, certains parlementaires savaient déjà que les services belges de renseignements étaient sur la piste de la kamikaze. La Sûreté de l’Etat avait alors fait en sorte que le Parlement et le Comité R, qui garde à l’oeil les services de renseignements, ne puissent rien savoir de l’enquête, écrit samedi le quotidien flamand De Morgen.

A la demande de la présidente du Sénat de l’époque, Anne-Marie Lizin, le Comité R avait entamé une enquête le 31 août 2005. Bien que le comité disposait légalement de toutes les compétences pour demander des documents ou d’autres informations, il s’était heurté au mur du secret absolu. La Sûreté de l’Etat et le service du renseignement militaire SGRS étaient en train de travailler, chacun de leur côté et depuis plusieurs années, sur la filière irakienne. Malgré les accords de collaboration conclus entre les deux services, ceux-ci refusaient de s’échanger leurs informations. Afin d’éviter que le Parlement et le service de renseignement concurrent puissent avoir accès au dossier concernant Degauque et ses complices, la Sûreté de l’Etat avait décidé, dès l’annonce de l’enquête du Comité R, de transmettre le dossier au procureur fédéral Johan Delmulle. A partir de ce moment, il s’agissait d’un dossier judiciaire, désormais inaccessible au Comité R. Le contrôle parlementaire a ainsi pu être évité.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :