vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Espionnage déjoué d’une rencontre Zapatero/opposition (...)

Espionnage déjoué d’une rencontre Zapatero/opposition vénézuélienne

AFP

lundi 22 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les services de sécurité espagnols ont déjoué une tentative d’espionnage d’une réunion entre le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero et les leaders de l’opposition vénézuélienne le 30 mars 2005 à Caracas, assure lundi le journal espagnol El Pais (centre-gauche).

Des agents de sécurité espagnols avaient découvert un micro espion placé sous la table d’une salle de réunion de l’hôtel Melia Caracas peu avant cette rencontre à laquelle participait également le chef de la diplomatie espagnole, Miguel Angel Moratinos, précise ce quotidien espagnol, en citant une source officielle.

Une source gouvernementale espagnole interrogée par l’AFP n’a pas confirmé cette information, sans la démentir catégoriquement.

"Officiellement, nous ne sommes pas au courant", et "aucune démarche diplomatique n’a été entreprise", a déclaré cette source.

Le procureur général du Venezuela, Isaias Rodriguez, qui participait lundi à une réunion de procureurs latino-américains dans la capitale espagnole, a assuré que ses services allaient enquêter sur la véracité des informations d’ El Pais.

"S’il s’agit d’un fait évident, le parquet se saisit d’office, ainsi que s’il s’agit d’un fait dénoncé dans la presse", a-t-il indiqué à des journalistes espagnols en marge de cette réunion.

"Si une plainte est déposée et que le fait s’est produit, l’enquête donnera avec certitude un résultat et établira les responsabilités de ceux qui ont pu effectuer une activité de cette nature", a-t-il assuré.

Selon la source officielle citée par El Pais, les opposants vénézuéliens ayant participé à la réunion n’avaient pas été informés par la délégation espagnole de la présumée découverte d’une micro-espion.

Le responsable de la sécurité vénézuélien affecté à la délégation espagnole avait nié toute responsabilité, assure El Pais.

"Mais tous les soupçons convergent vers les services d’espionnage d’Hugo Chavez (le président vénézuélien) : ils connaissaient tous les détails, horaires et lieux de la visite de la délégation espagnole", selon le quotidien espagnol.

La vente de matériel militaire par l’Espagne au Venezuela fut l’un des thèmes abordés lors de cette réunion, souligne El Pais.

Lors de cette réunion qui dura environ une heure, les opposants vénézuéliens avaient critiqué la mainmise du pouvoir sur les institutions, le contrôle excessif de l’Etat sur la société civile et les atteintes à la liberté d’expression, selon El Pais.

M. Zapatero s’était engagé à tendre des ponts entre l’opposition et le régime du président Chavez, ajoute le journal.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :