mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > L’Irak veut de ses voisins un contrôle plus ferme des fonds (...)

L’Irak veut de ses voisins un contrôle plus ferme des fonds "suspects"

AFP

mercredi 24 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

L’Irak a demandé mardi à ses voisins de contrôler plus fermement les transferts de fonds "suspects" servant à financer les groupes insurgés, lors d’une réunion des ministres de l’Intérieur des pays concernés au Koweït.

Le ministre irakien de l’Intérieur, Jawad al-Boulani, a appelé ses homologues à mettre un frein aux transferts de "fonds et donation suspects" vers l’Irak.

Le ministre a également demandé à ses homologues de faire plus pour empêcher le passage en Irak de combattants insurgés.

Bagdad critique régulièrement ses voisins, notamment l’Iran et la Syrie, sur la porosité de leurs frontières avec l’Irak.

"Le terrorisme en Irak pourrait s’étendre à d’autres pays et nous avons besoin de mettre en place des plans communs et de coordonner nos politiques pour empêcher les organisations terroristes d’atteindre leur but", a averti M. Boulani.

"Tout manquement à la solidarité avec l’Irak donnera l’occasion aux organisations terroristes (...) de se concentrer en Irak et transformer (le pays) en rampe de lancement pour leurs activités criminelles", a pour sa part affirmé le ministre saoudien de l’Intérieur, le Prince Nayef ben Abdel Aziz.

La réunion, la quatrième du genre, avait pour but de trouver les moyens de restaurer la stabilité de l’Irak, et rassemblait des représentants irakiens, iraniens, jordaniens, koweïtiens, saoudiens, syriens, turcs, égyptiens et bahreïnis.

Dans un communiqué final, les ministres ont approuvé la "mise en oeuvre des mesures nécessaires pour lutter contre le terrorisme et le financement des terroristes à travers la coordination, la coopération et l’échange de renseignement". Les ministres vont aussi prendre des mesures pour "empêcher le passage d’armes ou de terroristes de et vers l’Irak".

Les participants à la réunion ont également condamné "l’attaque terroriste" menée dimanche par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, séparatistes) contre des militaires turcs près de la frontière irako-turque. Douze soldats ont été tués et huit ont été faits prisonniers par les rebelles kurdes.

Le même jour, les responsables de la sécurité des pays concernés avaient décidé de renforcer leur coopération en matière de renseignement pour aider le gouvernement irakien à faire face à l’entrée de combattants étrangers.

L’Irak avait annoncé un renforcement de ses effectifs, qui comptent désormais cinq divisions, pour contrôler ses 3.600 km de frontières.

La prochaine réunion des pays voisins de l’Irak aura lieu en 2008 en Jordanie.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :