jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La Russie se dote d’un "oeil" supplémentaire dans l’espace

La Russie se dote d’un "oeil" supplémentaire dans l’espace

Gazeta.ru

mercredi 24 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministère russe de la Défense a complété son réseau orbital d’un satellite Oko faisant partie de son système de préalerte antimissile. L’appareil est depuis longtemps obsolète, mais les militaires russes n’auront pas de satellites plus modernes avant 2009.

Comme le veut la tradition, les militaires n’ont pas dévoilé la vocation du satellite, mais il paraît évident qu’il s’agit d’un appareil de la famille Oko ("oeil" en russe). "Selon le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD), l’orbite initiale du satellite est identique à celles des précédents lancements réalisés dans le cadre du programme Oko (inclinaison : 62,8° ; altitude : 565 km à 39.000 km ; période de révolution : 702)", a expliqué un expert sous le couvert de l’anonymat.

En 2006, en vue de compléter le réseau orbital du système de préalerte antimissile, les Forces spatiales russes envisageaient de placer à la fois deux appareils sur une orbite fortement elliptique et un troisième sur une orbite géostationnaire, ce qui aurait permis de contrôler un territoire ennemi potentiel pendant près de 12 heures d’affilée. Mais en raison d’un manque de fusées porteuses, les militaires n’ont réalisé qu’un seul lancement. Résultat, ce groupement satellitaire russe ne comptait que deux appareils.

Le dispositif spatial permanent supposait le déploiement de neuf satellites en orbites fortement elliptiques et d’au moins un en orbite géostationnaire. Il n’a fonctionné en intégralité qu’entre 1987 et 1996.

Selon des experts, le dispositif spatial du système de préalerte antimissile russe est dans un état tellement lamentable qu’il ne peut détecter qu’une frappe massive de missiles. Et le nouveau lancement d’un satellite Oko n’est pas à même de remédier à ce problème.

Afin de remplacer les vieux satellites, les Forces spatiales envisagent de se doter d’appareils de la série EKS. Il y a quelques années, le ministère de la Défense avait programmé le lancement d’un premier appareil de cette série en orbite fortement elliptique au second semestre de 2007 et d’un deuxième en orbite géostationnaire au second semestre de 2009. Toutefois, le constructeur spatial Kometa, chargé de la confection de ces appareils, prévoit d’entamer les tests des premiers satellites en 2009 au plus tôt.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :