dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le patron de la CIA défend les méthodes d’interrogatoire de son (...)

Le patron de la CIA défend les méthodes d’interrogatoire de son agence

Presse Canadienne

vendredi 2 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le directeur de la CIA, Michael Hayden, défend les méthodes d’interrogatoire de son agence à l’heure où le ministre de la Justice désigné Michael Mukasey est sommé par des sénateurs de reconnaître que les simulacres de noyade, qu’aurait employés la CIA, sont une forme de torture.

"Nos programmes sont licites et utiles", a affirmé M. Hayden mardi au Conseil de Chicago sur les affaires mondiales. "Les meilleures sources d’information sur les terroristes et leurs projets sont les terroristes eux-mêmes." Le patron de l’Agence centrale du renseignement (CIA) ajoute que "la nature irremplaçable de ce renseignement est l’unique raison pour laquelle nous avons des programmes (...) de détention et d’interrogatoire".

Plusieurs sénateurs démocrates de premier plan ont promis de voter contre la nomination de M. Mukasey au poste de ministre de la Justice s’il ne reconnaissait pas clairement que la pratique du "waterboarding" (simulacre de noyade) était une forme de torture, ce qui aurait pour effet de la rendre illégale. Cette technique d’interrogatoire est déjà interdite par l’armée américaine.

En septembre, la chaîne de télévision ABC a rapporté qu’Hayden avait interdit le "waterboarding" dans les interrogatoires de la CIA en 2006. Les responsables de l’agence n’ont ni confirmé ni infirmé l’utilisation par la CIA de simulacres de noyade par le passé et n’ont pas confirmé l’interdiction évoquée par ABC.

On estime que la CIA aurait employé cette méthode d’interrogatoire extrême sur moins de cinq suspects de terrorisme jugés importants, mais qu’elle ne l’a plus utilisée depuis 2003.

Dans une lettre aux démocrates de la commission judiciaire du Sénat, M. Mukasey qualifie de "waterboarding" de "répugnant" mais explique ne pouvoir se prononcer sur sa légalité au motif qu’il n’en connaît pas les modalités.

Le président américain George W. Bush a nommé le 17 septembre M. Mukasey, 66 ans, au poste de ministre de la Justice pour remplacer Alberto Gonzales. Si sa nomination est confirmée par le Sénat, l’ancien juge fédéral, qui a traité des dossiers de terrorisme pendant plus de dix ans, deviendra le troisième ministre de la Justice de M. Bush.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :