lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Coup de filet antiterroriste en Europe

Coup de filet antiterroriste en Europe

J.B., le Figaro, avec AFP et AP

mardi 6 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Au moins 12 personnes soupçonnées de recruter des kamikazes ont été arrêtées en Italie, en France, au Portugal et en Angleterre.

Une opération contre 20 terroristes présumés accusés de former des volontaires pour commettre des attentats en Irak et en Afghanistan, a été menée mardi à l’initiative du parquet italien de Milan. Cette opération a permis "de décapiter un réseau qui opérait en Europe, notamment en Italie", a affirmé le ministre italien de l’Intérieur Giuliano Amato. Le réseau se consacrait "à l’entraînement de personnes et à la préparation de moyens" pour des actions sur les "théâtres afghan et irakien", a-t-il déclaré. Il a précisé que les suspects étaient principalement de nationalité tunisienne.

"Nous pouvons confirmer l’exécution en cours de 20 mandats d’arrêt", avait auparavant indiqué un porte-parole des carabiniers de Milan. Selon l’agence italienne Ansa, 11 personnes ont été effectivement arrêtées en Italie, à Milan, Bergame et Regio Emilia, dans le nord du pays ainsi qu’en Calabre, dans le sud. Les neuf autres font l’objet d’un mandat d’arrêt européen émis par l’Italie, en France, au Portugal et en Grande-Bretagne.

Un homme arrêté en France

Un suspect tunisien a affectivement été arrêté en France, en Seine-Saint-Denis, selon une source proche du dossier à Paris. L’homme était connu des services spécialisés pour son "implication" dans l’organisation de l’acheminement de volontaires jihadistes vers l’Irak. Un deuxième suspect a été arrêté au Portugal dans le cadre de la même opération, selon la Police judiciaire.

Le parquet de Milan a donné le feu vert du coup de filet à l’aube contre les suspects, accusés d’avoir formé des cellules "salafistes et jihadistes" et de préparer des attentats suicide en Irak et en Afghanistan, selon l’agence Ansa. En revanche, aucun attentat en Italie n’était programmé par la cellule salafiste, selon la même source. "Nous avons découvert des liens (de certaines personnes visées par les mandats d’arrêt, ndlr) avec des individus qui envisageaient des attentats en Italie", a cependant nuancé sur la chaîne de télévision Sky TG24, le général des carabiniers de Milan, Gianpaolo Ganzer.

Des cellules en charge de la logistique

Selon Ansa, cette opération est le résultat d’une enquête ouverte en 2004 dans le nord-ouest de l’Italie après le démantèlement d’une cellule islamiste radicale installée dans la péninsule lors d’une opération baptisée "Bazar", qui avait eu des ramifications en France.

Outre le délit présumé de terrorisme international, les suspects sont accusés de fabrication de faux documents d’identité et d’avoir encouragé l’immigration clandestine et la fuite de personnes soupçonnées d’activités liées au terrorisme.

Le 21 juillet, les forces de l’ordre avaient déjà arrêté trois Marocains à Pérouse, dans le centre du pays, soupçonnés d’appartenir à une cellule jihadiste proche du groupe terroriste al-Qaida et de s’entraîner en vue de commettre des actes terroristes. Le 28 septembre, les carabiniers avaient arrêté à l’aéroport de Venise un Irakien, accusé d’être proche d’al-Qaida et soupçonné de faire partie d’un groupe terroriste responsable de nombreux enlèvements de personnes et d’attentats en Irak.

Le procureur de la République de Milan, Armando Spataro, durant la conférence de presse organisée mardi. - Antonio Calanni/AP.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :