vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Entretien : Laurent Lasserre, Directeur Google Entreprise France

Entretien : Laurent Lasserre, Directeur Google Entreprise France

CIO-online.com

lundi 12 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Google déploie ses solutions en entreprises autour de trois axes : la recherche, la géolocalisation et les applications bureautiques.

Titulaire d’une MSG obtenue à Paris XII, Laurent Lasserre a occupé diverses fonctions commerciales chez Atos puis Sun et enfin Novell avant de rejoindre Google.

Quelles sont les offres Google destinées aux entreprises ?

Google Entreprise, division créée en 2002 aux Etats-Unis, en 2004 à Londres et septembre 2005 en France, réunit aujourd’hui 600 personnes dans le monde. Nous proposons trois types d’offres aux entreprises.

La première est autour de notre métier historique, les moteurs recherche, et utilise la même technologie que Google.com en l’appliquant à tous les documents de l’entreprise (bureautique, intranet, courriels...). Nous proposons deux appliances administrables par une console permettant de paramétrer l’algorithme : la « boîte jaune », qui a séduit 10 000 clients dans le monde dont environ 200 en France, et la version allégée la « boîte bleue » vendue seulement en ligne pour 1995 euros/an tout compris. Notre logiciel gratuit de recherche sur le poste de travail Google Search possède aussi sa déclinaison professionnelle, sécurisée et administrable de façon centralisée. Enfin, dans ce domaine, nous avons le nouveau service Custom Search Business Edition (CSBE) qui consiste en un extrait personnalisé de notre service en ligne destiné à alimenter un service sur un site web tiers.

La deuxième partie de notre offre pour les entreprises est liée à la géolocalisation autour des produits Google Maps, Google Earth et Sketchup (modélisation 3D), déclinés chacun en version professionnelle payante, avec des fonctions d’interaction plus avancée, et aucune publicité. Ces services servent, par exemple, à Relais & Chateaux ou les Hôtels du Louvre à proposer à leurs clients une localisation de leurs établissements. Enfin, la dernière ligne de produits est autour des Apps, lancées en février 2007. Google Apps est un vrai axe du développement de Google. Cette offre comprend Gmail, l’agenda partagé, la page de départ personnalisée, Page Creator (édition HTML), un anti-virus, un anti-spam, la messagerie instantanée Google Talk, le traitement de textes, le tableur et le logiciel de présentation. Cette offre existe en version gratuite (Standard Edition, For Education), en Edition Premier payante sans publicité (40 euros/utilisateur.an) et en Partner Edition (offre en « marque blanche », vendue de 0,15 à 0,18 euros/utilisateur.an, dont le premier client européen est un opérateur télécom suisse, Sunrise). Les offres payantes sont avec un niveau de disponibilité garantie de 99,99% [Soit moins d’une heure d’indisponibilité par an, NDLR], un support 24h/24, 7j/7 avec réaction sous trente minutes grâce à nos centres situés à Mountain View (Etats-Unis), Tokyo et Londres. Plusieurs milliers d eclients ouvrent des comptes Apps chaque jour dans le monde, l’apparition du logiciel de présentation ayant marqué une forte croissance.

Toutes ces offres posent la question de la sécurité et de la confidentialité des données plus encore qu’avec les logiciels propriétaires habituels installés en local. Comment pouvez-vous garantir que la NSA, la CIA ou les services secrets chinois ne liront pas les documents mis en ligne dans votre plate-forme par une entreprise française ?

Nous avons des engagements contractuels très précis, comme tous les fournisseurs d’applications hébergées. Le moindre problème à ce sujet serait suicidaire pour Google. Pour les offres Google Apps, nous sommes en train de construire un datacenter en Belgique pour abriter les données des clients européens. De toutes façons, il n’y a aucune intervention humaine sur les données hébergées. Nous avons réalisé un livre blanc sur le sujet où nous expliquons notre politique de sécurité. Une société comme Radial, qui a déployé les Apps pour une centaine d’utilisateurs alors qu’elle opère dans les télécoms pour l’aérospatiale et de la Défense, n’aurait jamais acquis nos solutions s’il y avait le moindre doute à ce sujet.

Côté appliances, il n’y a aucune connexion entre l’index du produit et Google (ce qui peut être vérifié avec un firewall). En cas de panne du matériel impliquant un échange standard, il est prévu de pouvoir détruire, même le cas échéant physiquement, le disque dur avant de procéder à l’échange.

De plus, les problèmes de sécurité sont souvent davantage à l’intérieur de l’entreprise qu’à l’extérieur. L’externalisation résout donc la majeure partie du problème.

Un autre problème réside dans l’obligation d’être connecté durant tout le temps de travail. Comment peut-on dès lors travailler à la campagne, dans le train ou dans l’avion ?

Aujourd’hui, soyons honnêtes, il y a de plus en plus d’endroits où l’on peut travailler de manière connectée : le Wi-Fi se déploie de plus en plus. Cependant, nous travaillons sur une déclinaison off-line de nos produits bureautiques pour gérer les cas de déconnexion. De toutes façons, il est possible, pour les travailleurs nomades, d’importer et d’exporter des documents dans un format bureautique courant. L’application en ligne est alors utilisée pour ses fonctions collaboratives. Quand nous avons déployé Google Apps pour 15 000 utilisateurs en interne chez Google en deux week-ends, sans qu’aucune formation ne soit nécessaire, nous avons pu constater que les avantages sont tels que les difficultés rencontrées étaient de loin compensées


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :