lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le SCRS perd provisoirement la trace d’un présumé terroriste

Le SCRS perd provisoirement la trace d’un présumé terroriste

Presse Canadienne

lundi 19 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) a perdu pendant cinq mois la trace d’un individu soupçonné d’appartenir à une organisation terroriste.

Cette information figure dans le dernier rapport annuel du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS).

Selon ce qu’a appris le « Journal de Montréal », cette situation a été attribuable à une mauvaise coordination et à des problèmes dans le partage d’informations avec la Gendarmerie royale du Canada.

Lors d’une longue enquête visant plusieurs individus, le SCRS craignait qu’ils soient liés à deux groupes terroristes ou qu’ils agissent en leur nom. L’un d’eux serait celui qui s’est volatilisé.

La GRC et le SCRS avaient échangé de l’information de façon irrégulière au sujet de l’intéressé. Après la décision de la GRC de restreindre son enquête, le SCRS ne savait plus exactement où se trouvait l’individu.

Ce n’est que cinq mois plus tard que les espions canadiens ont découvert que la personne avait quitté le pays. L’enquête a donc été close.

La GRC nie qu’il y ait eu quelque cafouillage que ce soit dans ce dossier. La sergente Nathalie Deschênes précise que la police fédérale est en désaccord avec le contenu du rapport, mais elle ne veut pas donner plus de détails.

Le CSARS a été créé en 1984 en même temps que le SCRS. Cet organisme indépendant rend compte au Parlement des activités du SCRS et enquête à la suite de plaintes déposées contre cet organisme.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :