lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > En Angleterre, un espion qui parlait trop

En Angleterre, un espion qui parlait trop

Arnaud Vaulerin, avec AFP

lundi 19 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le nouveau président du Comité conjoint pour le renseignement s’attire des critiques pour laisser en ligne, sur son site perso, des informations sur sa vie privée.

Pour la discrétion, sinon l’anonymat, il faudra repasser. Alex Allan, nommé jeudi dernier président du Comité conjoint pour le renseignement (JIC, Joint Intelligence Comittee) est censé être un homme inconnu au visage ignoré. Il n’en est rien. Ce haut responsable de la sécurité britannique ne semble guère goûter l’adage « pour vivre heureux, vivons caché ». Sur son site Internet personnel, Alex and Katie’s Home Page, ce diplomate de 56 ans, fan du groupe Grateful Dead s’affiche en photos et en infos et n’hésite pas à livrer des adresses personnelles, les numéros de téléphones de son épouse et des éléments biographiques très détaillés.

On peut ainsi le voir en short sur une plage lors de ses vacances, avec une brebis, avec ses amis pour ses 50 ans, en tenue de cycliste ou en planche à voile sur la Tamise dans une série de clichés gaguesques pris lors d’une grève des transports dans les années 80.

Ces informations plutôt joyeuses et drôles n’ont pas vraiment amusé un haut responsable des renseignements que cite le quotidien britannique Daily Telegraph : il s’agit d’une « très grave violation de la sécurité. M. Allan est une cible pour les terroristes et diffuser ces informations dans le domaine public est une initiative très naïve de sa part. Il est possible qu’il doive démissionner », a ajouté cette source.

Un porte-parole d’Alex Allan, dont la nomination a été annoncée par les services du Premier ministre Gordon Brown, a indiqué au Daily Telegraph qu’il ne voulait faire aucun commentaire mais que ces informations seraient supprimées.

Lundi après-midi, elles étaient toujours en ligne et le nouveau responsable de la sécurité britannique toujours aussi peu discret, mais résolument drôle et apparemment heureux.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :