lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Agence de défense européenne : budget 2008 en hausse

Agence de défense européenne : budget 2008 en hausse

AFP

lundi 19 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les ministres de la Défense de l’UE ont adopté lundi un budget de l’Agence de défense européenne en hausse de près d’un tiers, mais sur un an seulement, en raison de l’opposition du Royaume-Uni à tout engagement pluriannuel, a-t-on appris de sources diplomatiques.

"Le budget de fonctionnement de l’agence pour 2008 sera de 20 millions d’euros et le budget opérationnel de 6 millions d’euros, dont un million d’euros ne seront débloqués que moyennant l’approbation séparée des Etats participants (les 27 moins le Danemark NDLR)", a indiqué le directeur de l’agence, Alexander Weis.

Ce budget, a-t-il annoncé, incluera aussi, pour la première fois, "un nouvel instrument de financement", qui permettra de financer des recherches sur les drones et les véhicules volant sans pilote, un domaine très pointu, pour un montant de six millions d’euros. "Au total cela fera 32 millions d’euros, soit 10 millions de plus qu’en 2007", a souligné M. Weis.

En 2007, les chiffres étaient respectivement de 17 millions pour le fonctionnement et de cinq millions d’euros pour l’opérationnel, soit 22 millions au total.

Cependant, les fonds destinés aux drones ne seront débloqués que sur présentation par l’agence d’un "scénario économique" validé par les pays membres, a indiqué M. Weis. "Quelques pays", dont le Royaume Uni et les Pays-Bas, se sont opposés à l’adoption du budget pluriannuel 2008-2010, prévu par les statuts de l’agence, en raison de leur refus de s’engager financièrement au-delà d’un an en ces temps de restrictions, a indiqué un diplomate de l’UE.

Créée en juillet 2004, l’agence a pour mandat notamment de promouvoir la coopération européenne en matière d’armement et de favoriser la recherche et le développement technologique dans ce secteur.

Mais depuis ses débuts, une tension est perceptible entre des pays comme la France qui souhaitent la doter de plus de moyens pour qu’elle puisse devenir un instrument important d’une future défense européenne, et d’autres, comme le Royaume-Uni, qui n’y voient qu’un outil complémentaire aux efforts de recherches menées dans un cadre national, voire au sein de l’Otan.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :