dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Le Ministère de l’Intérieur étend l’usage de la (...)

Le Ministère de l’Intérieur étend l’usage de la visioconférence

Dominique Filippone, JDN Solutions

mercredi 21 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Inaugurés lors de la coupe du monde de football 1998, les outils de visioconférence du Ministère ont été étendus à des fins de collaboration et de formation. Ils sont toujours d’actualité en cas de crise.

Avec ses 170 000 agents répartis sur plus de 2 000 sites en France métropolitaine mais également dans les DOM-TOM, le Ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire est une organisation clé de l’Etat.

Pour l’accompagner dans sa mission de protection du territoire, le Ministère a eu l’occasion lors de la tenue de la coupe du monde de football de 1998 de relier en visioconférence par liaison directe les différents sites sensibles à ses multiples postes de contrôle opérationnels.

"A cette époque, notre système de visioconférence a attiré l’attention de plusieurs hautes personnalités qui ont cru dès le départ à l’intérêt d’étendre au-delà des enjeux sécuritaires son champ d’application à un cadre de collaboration à distance", fait savoir Jean-Rémy Vuillemin, chef de la section multimédia au sein du ministère de l’Intérieur.

Reposant sur un système de visioconférence spécifique, le Ministère veut aller plus loin et lance un projet de visioconférence d’envergure rentrant dans le cadre de la modernisation de l’Etat. Avec pour principaux objectifs d’améliorer la gestion des crises tout permettant la réduction des frais de déplacements des hauts fonctionnaires.

Pourtant, la gestation du projet mettra plus de temps que prévu. Ainsi, ce ne sera finalement qu’à partir de l’année 2004 que le Ministère lance une procédure d’appel d’offres auprès de différents intégrateurs, procédure dans laquelle il veut à tout prix respecter un cahier des charges strict. Notamment de se conformer aux normes ITU (International Telecommunication Union) et de pouvoir organiser des visioconférences multipoints.

"Parmi les différents intégrateurs que nous avons évalués, Genedis a retenu notre attention avec les solutions d’infrastructures matérielles et logicielles de Tandberg avec une connectique simplifiée et des interfaces de terminaux utilisateurs ne demandant pas une phase d’apprentissage complexe", indique Jean-Rémy Vuillemin.

Alors que les premières solutions sont acquises dans le courant de l’année 2004, la flambée de violence lors des émeutes et du soulèvement des banlieues en 2005 a accéléré la mise en œuvre des systèmes de visioconférence.

Aujourd’hui, ce sont pas moins de 12 systèmes de communication vidéo Tandberg 6000 et 880 qui ont été implémentés, sans compter les 40 terminaux Tandberg 150, ainsi que la suite logicielle Tandberg Management Suite, le Media Processing System et le Gatekeeper.

"Si le principe de la collaboration à distance était au départ sous-employé, les utilisateurs se sont rendus compte du potentiel de l’outil qui est utilisé aujourd’hui autant par les techniciens, les membres de comités de suivi de projets informatiques que les hautes personnalités lors de situation de crise" poursuit Jean-Rémy Vuillemin.

Un autre usage à vocation plus pédagogique et de formation aura vu le jour au fil du temps. Ainsi, la visioconférence est également utilisée pour distribuer massivement des conférences à destination de l’ensemble des préfectures équipées.

Comme dans le cas de la réforme de la LOLF où la satisfaction des utilisateurs a été très grande. Le projet de visioconférence est un succès pour le Ministère de l’Intérieur, qui se traduit par une croissance très importante (70%) du nombre de sessions multipoint. Celui-ci est passé de 133 en 2005 à 224 en 2006.

D’autres gains non financiers ont également été de la partie : "nous avons été prescripteur sur les choix d’autres services tels que la DST ou encore la Police Judiciaire qui ont également mis en œuvre la visioconférence", se réjouit Jean-Rémy Vuillemin.

Malgré la douzaine de liens 100 Mbits par châssis, l’infrastructure réseau du Ministère tend toutefois aujourd’hui à atteindre ses limites. Et pour y faire face, il est bien question de la faire évoluer afin de répondre à une exigence de qualité de service devenue importante.

"D’ici à 2008, un redimmensionnement de l’infrastructure est d’ores et déjà prévu avec notamment les rajouts d’un pont 64 visio + 64 audio, d’une Gateway RNIS 4 To et d’une autre 3G, tandis que nous prévoyons également de doubler le Gatekeeper et de nous doter d’une interconnexion réseau distribuant télévision interne avec capacité d’enregistrement", conclut le chef de la section multimédia au sein du ministère de l’Intérieur.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :