lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > GB : le gouvernement critiqué pour la privatisation d’un groupe de (...)

GB : le gouvernement critiqué pour la privatisation d’un groupe de Défense

AFP

vendredi 23 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un rapport officiel a épinglé vendredi les conditions de la privatisation par le ministère britannique de la Défense de la société Qinetiq, expliquant qu’elle aurait pu rapporter beaucoup plus aux contribuables, ce qui risque de porter un nouveau coup dur au gouvernement.

L’Etat a retiré au total 576 millions de livres (800 millions d’euros) de la cession de 37,5% du capital de ce laboratoire militaire au fonds américain Carlyle en 2003, qui avait été suivie d’une mise en Bourse de l’entreprise, a conclu le Bureau national d’audit (National Audit Office, NAO), l’organisme officiel chargé de contrôler les deniers publics.

Mais la vente aurait pu rapporter bien plus aux contribuables, a estimé cet organisme, même si le ministère de la Défense s’est en toujours défendu.

Jim Rickleton, un des inspecteurs du NAO, a déclaré que l’opération aurait pu procurer à l’Etat "des dizaines de millions supplémentaires", et a notamment critiqué le fait que le gouvernement ait préféré négocier exclusivement avec Carlyle à l’issue d’une phase de préselection, sans chercher à obtenir de surenchères de la part des autres groupes qui s’étaient portés candidats.

A l’inverse, les dix principaux dirigeants du laboratoire ont touché au total, grâce à la mise en Bourse, quelque 107,5 millions de livres (150 millions d’euros), a révélé le NAO.

Le député conservateur Edward Leigh, qui dirige la commission parlementaire chargée des finances publiques, a estimé que le contribuable avait "reçu moins que ce à quoi il avait droit", alors que les dirigeants de Qinetiq ont selon lui "touché le jackpot".

Le ministère de la Défense a contesté les conclusions de l’audit. La privatisation "a rapporté beaucoup aux contribuables, générant un bénéfice de plus de 800 millions de livres, tout en protégeant les intérêts de la Défense et la sécurité du Royaume-Uni", assure le ministère dans un communiqué.

La privatisation a permis d’offrir à Qinetiq un "avenir durable". "En tant qu’actionnaire principal, c’est le contribuable qui profite le plus de l’accroissement de la valeur de Qinetiq", ajoute le ministère.

Le rapport du bureau d’audit pourrait ternir encore l’image du gouvernement de Gordon Brown. Le Premier ministre, qui a succédé en juin à Tony Blair, est en chute libre dans les sondages depuis qu’il a renoncé le mois dernier à convoquer des législatives anticipées.

De plus, le chef du gouvernement et le ministre des Finances Alistair Darling en particulier ont été vivement critiqués par l’opposition pour la gestion du sauvetage de la banque en difficulté Northern Rock, et ont dû présenter leurs excuses au pays cette semaine après la révélation de la perte par les services fiscaux de données confidentielles concernant plus de la moitié de la population.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :