lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Un chef d’Al-Qaida Maghreb arrêté

Un chef d’Al-Qaida Maghreb arrêté

AFP

vendredi 23 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

L’un des principaux émirs (chef islamiste) de la région d’Alger appartenant à la branche armée d’Al-Qaïda au Maghreb, Fateh Bouderbala, alias Abdelfatah Abou Bassir, a été arrêté, ont annoncé lundi les services algériens de sécurité.

"Les services de sécurité, agissant sur des renseignements fournis par la population, ont arrêté Bouderbala Fateh en compagnie de deux de ses complices", ont indiqué ces services dans un communiqué.

Le chef islamiste a été arrêté dans un refuge ou étaient stockés 800 kg de matières explosives "prêtes à être utilisées", trois bombes "prêtes à l’emploi" et une vingtaine de détonateurs, selon ces sources.

"L’arrestation s’est déroulée sans que les trois terroristes n’aient eu le temps d’utiliser les armes en leur possession", a souligné la source.

Abou Bassir a indiqué dans ses "aveux" devant les forces de sécurité que cet arsenal devait "être utilisé sans discernement au cours du mois sacré du ramadan dans plusieurs attentats spectaculaires", selon le communiqué.

Le lieu exact et le jour de cette arrestation n’ont pas été précisés.

Dans le refuge, les forces de sécurité ont également découvert deux cartables bourrés d’explosifs, destinés à commettre des attentats, ainsi qu’un lance-roquettes.

Abou Bassir avait rejoint les maquis islamistes il y a près de quatorze ans. Il est considéré comme un "poids lourd" d’Al Qaïda au Maghreb, qui avait pris le relais du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), après son ralliement à l’organisation terroriste d’Oussama ben Laden.

Il rendait directement compte à l’émir national d’Al Qaïda, Abdelmalek Droudkal, alias Abou Moussaab Abdelouadoud, et faisait partie du "clan de Lakhdaria" (aux portes d’Alger), qui avait commis ces derniers mois plusieurs attentats contre deux casernes de l’armée et plusieurs barrages de la gendarmerie en Kabylie (est d’Alger).

Les divers attentats revendiqués par Al-Qaïda depuis avril dernier ont fait plus d’une centaine de morts et plusieurs dizaines de blessés.

Abou Bassir avait remplacé dans l’algérois Bilal El-Oulbani, de son vrai nom Ameur Saidi, qui s’était rendu aux services de sécurité.

L’arrestation d’Abou Bassir intervient après l’élimination de plusieurs dirigeants d’Al Qaïda.

Parmi ces "émirs" tués par les forces de sécurité figure notamment Sayoud Samir, alias Moussaab abou Abdallah, partisan d’une escalade des opérations terroristes à Alger et de l’utilisation à grande échelle des explosifs dans les attentats urbains, selon les services de sécurité.

Figurent parmi ces dirigeants islamistes éliminés : Zobeir Harkat dit Sofiane Fassila, 32 ans, considéré comme le numéro deux d’Al-Qaïda au Maghreb et l’artificier principal de l’organisation, et Abdelhamid Saadaoui, alias Abou Yahia (ex-émir de la zone 2), trésorier de l’organisation.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :