mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > D’anciens chefs militaires britanniques accablent Gordon (...)

D’anciens chefs militaires britanniques accablent Gordon Brown

Peter Graff, Reuters

vendredi 23 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le gouvernement britannique s’effore de justifier son bilan en matière de défense face aux attaques lancées contre le Premier ministre Gordon Brown par d’anciens chefs des forces armées.

Les discours prononcés jeudi à la Chambre des Lords par cinq responsables militaires aujourd’hui à la retraite constituent une attaque sans précédent contre le gouvernement dans l’histoire moderne du Royaume-Uni.

Ces critiques étaient émises le jour même de la parution d’un rapport accusant le gouvernement d’avoir vendu au rabais l’organisme de recherche du ministère de la Défense, permettant à une poignée de hauts fonctionnaires qui ont négocié la transaction de gagner des millions de livres.

L’amiral Michael Boyce, qui a mené les forces britanniques en Irak avant de prendre sa retraite en 2003, a vivement reproché au ministère de la Défense d’avoir taillé dans les budgets militaires alors que des soldats britanniques se battaient à l’étranger.

Le général Charles Guthrie, chef d’état-major de l’armée de 1997 à 2001, a jugé Brown personnellement responsable du financement insuffisant des forces armées car il a occupé pendant dix ans le poste de chancelier de l’Echiquier.

UN MILLIARD DE LIVRES SUPPLÉMENTAIRES

"D’après mon expérience, en tant que chef d’état-major à Whitehall (au gouvernement), ce fut le chancelier (de l’Echiquier) le moins bien disposé à l’égard de la défense", a-t-il dit.

"Je crois vraiment qu’il doit assumer une grande partie de la responsabilité de la situation très grave dans laquelle se trouvent les forces armées aujourd’hui."

A Kampala où il assiste à un sommet du Commonwealth, Brown a déclaré : "Je n’ai que des louanges pour nos forces armées. Je leur ai rendu visite en Irak et en Afghanistan et ce qu’elles font témoigne de leur grand courage, de leur détermination et de leur sens du sacrifice.

"Je veux que les forces armées soient équipées de façon appropriée, et disposent des moyens nécessaires. Voila pourquoi chaque année ce gouvernement a augmenté les dépenses dans le domaine de la défense."

Il a dit que le gouvernement allait accorder à l’armée un milliard de livres supplémentaires par an (deux milliards de dollars) pendant les cinq prochaines années.

Le secrétaire à la Défense Des Browne avait auparavant défendu le bilan du gouvernement et brossé un tableau plus positif de l’état d’esprit des soldats.

"Les chefs actuels de l’état-major n’ont pas le sentiment que leur Premier ministre (...) a ignoré la contribution qu’ils apportent à la sécurité de ce pays (...). Ce n’est pas leur opinion", a-t-il déclaré à la BBC.

13.000 HOMMES EN IRAK ET EN AFGHANISTAN

"Cela ne fait pas longtemps que je suis rentré d’Irak et j’ai trouvé le moral de nos soldats aussi bon qu’il pouvait l’être", a-t-il dit vendredi.

Le ministère de la Défense a dit que les dépenses militaires augmentaient plus vite que l’inflation et qu’elles étaient les deuxièmes au monde après celles des Etats-Unis.

Les anciens chefs d’état-major ont toutefois exprimé publiquement leurs critiques. "L’argent consacré au budget de la défense n’est pas suffisant pour assurer les opérations dans lesquelles nous sommes actuellement engagés", a déclaré Boyce dans l’émission du matin de la BBC.

Il a reproché personnellement à Brown d’avoir confié au secrétaire à la Défense une autre mission, à savoir la gestion de l’Ecosse. "Quand des gens se font tuer et blesser au service de leur gouvernement, et qu’on leur donne un patron à mi-temps, cela ne fait pas très bonne impression", a-t-il dit.

"C’est cela que je constate auprès des soldats et des marins et des soldats de l’armée de l’air. Ils se sentent insultés. Ils trouvent qu’on les traite avec mépris."

Selon un rapport interne de l’actuel chef d’état-major des forces armées, le général Richard Dannat, dont le Sunday Times a publié des extraits, les militaires britanniques se sentent déconsidérés.

La Grande-Bretagne compte environ 13.000 hommes en Irak et en Afghanistan et des milliers d’autres déployés ou en formation dans le monde entier.

Ces attaques vont accentuer la pression sur Brown, dont la cote de popularité a atteint son niveau le plus bas depuis qu’il a succédé à Tony Blair en juin.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :