lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Au moins 35 morts dans deux attentats-suicide près d’une base (...)

Au moins 35 morts dans deux attentats-suicide près d’une base militaire au Pakistan

AP

samedi 24 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Au moins 35 personnes ont été tuées samedi dans deux attentats-suicide qui ont frappé un autocar transportant des agents des services de renseignement pakistanais (ISI) et un poste de contrôle à proximité des quartiers généraux de l’armée près d’Islamabad, dans le nord-est du Pakistan, selon un responsable.

Les deux kamikazes se sont fait exploser à Rawalpindi, une ville de garnison située juste au sud de la capitale. Un haut responsable des services de sécurité, qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat, a fait état d’au moins 35 morts et de nombreux blessés. Les services de sécurité soupçonnent des "militants soutenant les talibans" d’être les auteurs de l’attaque, selon lui.

Un porte-parole militaire, le général Waheed Arshad, a cependant déclaré que seuls 15 décès étaient confirmés, tous dans le car.

Dans la première attaque, une voiture piégée a violemment percuté un bus transportant des employés de l’Agence de renseignement inter-services pakistanaise. L’autre kamikaze a ciblé un poste de contrôle, a précisé un agent de police local, Mohammed Afzal.

Selon un agent des services de renseignement présent sur les lieux, le bus contenait 72 sièges mais transportait davantage de personnes au moment de l’explosion.

L’armée et la police ont bouclé le secteur de l’explosion et se sont emparées des appareils photo et téléphones mobiles des journalistes ou passants.

C’était le deuxième attentat d’importance contre l’ISI en quelques mois. Le 4 septembre, les explosions à quelques minutes d’intervalle d’un kamikaze à bord d’un car d’employés du renseignement et d’une bombe sur une route proche d’une zone commerciale de Rawalpindi avaient fait au moins 25 morts.

La plupart des dizaines d’attentats-suicide imputés aux milices islamistes depuis le début de l’année frappent la zone frontalière avec l’Afghanistan mais la survenue d’attentats dans les principales villes du pays fait craindre une propagation de l’extrémisme violent.

Le 18 octobre, un attentat-suicide avait fait plus de 140 morts à Karachi, la plus grande ville du Pakistan, dans le sud du pays, alors que les partisans de l’ancienne Première ministre Benazir Bhutto célébraient dans la rue son retour de huit ans d’exil.

La tension est particulièrement importante ces dernières semaines car l’armée a lancé une opération d’élimination des islamistes partisans du maulana Fazlullah proche des talibans dans la vallée de Swat, dans le nord. Les autorités affirment que plus de 300 miliciens ont été tués en quelques semaines.

Le président Pervez Musharraf a invoqué la menace islamiste croissante pour déclarer l’état d’urgence le 3 octobre dernier, mais les forces de sécurité s’en sont pris très largement à l’opposition politique, y compris aux magistrats et avocats, journalistes et autres opposants modérés.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :