mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Pour le PDG de Thales, "les conditions ne sont pas réunies" pour un (...)

Pour le PDG de Thales, "les conditions ne sont pas réunies" pour un rapprochement avec Safran

Le Monde, AFP

mercredi 28 novembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le PDG de Thales, Denis Ranque, a affirmé, dans un entretien au quotidien Les Echos, mercredi 28 novembre, que l’alliance avec Safran ne se fera pas."Les conditions ne sont pas réunies aujourd’hui pour que les deux entreprises initient un tel projet dans des conditions suffisamment sûres pour les actionnaires de Thales", explique Denis Ranque, qui était pourtant favorable à une "alliance globale" entre les deux groupes, tout comme le président du conseil de surveillance de Safran (aéronautique, défense, sécurité) Francis Mer.

Selon le PDG de Thales, "nous évoluons dans un environnement macroéconomique marqué par la chute de la monnaie américaine", et "il est clair que les conditions ne sont donc pas réunies pour présenter un projet en bonne et due forme à nos actionnaires". "D’autre part, Safran n’a pas fait mystère de ses chantiers opérationnels prioritaires que sont le plan de productivité rendu nécessaire par cette chute [du dollar] et les désinvestissements en cours", a-t-il ajouté. Concernant l’impact du dollar faible sur les activités du groupe, M. Ranque a affirmé qu’il était "beaucoup plus limité que pour d’autres entreprises du secteur".

Denis Ranque a par ailleurs indiqué que son groupe avait récemment "renforcé" sa coopération avec l’italien Finmecanica, "notamment à travers [ses] activités spatiales", et qu’il entendait "continuer de saisir toutes les opportunités de coopération" avec le groupe italien. Il s’est aussi dit "prêt" à s’associer "à un schéma" avec Nexter (ex-Giat Industries).

Denis Ranque, PDG de Thales. - AFP/MEHDI FEDOUACH


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :