dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le président tchadien limoge son ministre de la Défense

Le président tchadien limoge son ministre de la Défense

Dany Danzoumbe, Reuters

samedi 1er décembre 2007, sélectionné par Spyworld

Le président tchadien, Idriss Déby, a limogé son ministre de la Défense, Mahamat Nour, après une semaine d’affrontements entre forces gouvernementales et rebelles dans l’est du pays, annonce un décret présidentiel.

Ancien chef rebelle, Nour est devenu ministre de la Défense en mars après avoir signé un accord de paix avec le gouvernement.

Nour s’est réfugié à l’ambassade de Libye à N’Djamena, rapporte-t-on de source autorisée.

Aucune raison n’a été avancée pour le limogeage, mais la position de Nour était devenue délicate depuis que d’anciens rebelles qui lui étaient fidèles avaient été impliqués dans des affrontements ethniques dans l’est du Tchad, à la frontière avec la région soudanaise du Darfour.

Les anciens membres du Front uni pour le changement démocratique (FUC, mouvement rebelle que Nour a autrefois dirigé) appartiennent à l’ethnie Tama et ils ont jusqu’ici résisté aux efforts en vue de les désarmer déployés par les forces gouvernementales et par une milice de l’ethnie Zaghawa, à laquelle appartient Déby.

NOUVELLES INCERTITUDES

Des affrontements ont opposé vendredi d’anciens combattants du Fuc à l’armée tchadienne à Guereda, une ville frontalière de l’Est, au coeur du pays Tama.

Le limogeage du ministre de la Défense fait planer de nouvelles incertitudes sur la situation dans l’est du Tchad où doit se déployer au début de l’an prochain une force européenne (Eufor) chargée de protéger les civils.

Le nom du successeur de Nour n’a pas été annoncé dans l’immédiat.

Déby a lui-même dirigé cette semaine les opérations militaires contre un autre groupe de rebelles, l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFDD) qui ont rompu il y a une semaine un accord de paix conclu depuis un mois. Les deux camps ont fait état de centaines de morts.

L’UFDD est dirigé par un autre ancien ministre de la Défense, Mahamat Nouri, qui a fait défection pour rejoindre une rébellion lancée il y deux ans contre Déby.

Des diplomates estiment que le limogeage de Nour pourrait déclencher de nouvelles effusions de sang autour de Guereda entre combattants Tama et Zaghawa.

Le gouvernement Déby a accusé le Soudan de soutenir les rebelles de l’UFDD, qui appartiennent majoritairement à l’ethnie Gorane de Nouri. Khartoum rejette toutes les accusations de soutien à des rebelles anti-Déby.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :