jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > L’Arcep annonce l’ouverture au Wifi de fréquences radio (...)

L’Arcep annonce l’ouverture au Wifi de fréquences radio militaires

AFP, via Ixarm

mardi 5 juillet 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le président de l’autorité de régulation des télécoms (Arcep), Paul Champsaur, a annoncé lundi l’ouverture aux réseaux Wifi de la bande de fréquences 5,4-5,7 GHz, jusqu’alors réservées à la Défense, et l’attribution de deux licences de réseaux radio longue portée Wimax par région.Cette ouverture de fréquences radio militaires avant fin 2005 est permise grâce à "l’aboutissement favorable de discussions avec le Ministère de la Défense, que je remercie pour sa compréhension", a souligné M. Champsaur, lors de la remise du Rapport d’activité 2004 de l’Arcep.L’ouverture de ces bandes de fréquences à des utilisations civiles faisait l’objet de négociations depuis l’an dernier. Elles viendront en complément des fréquences déjà ouvertes pour les Réseaux d’accès locaux et le Wifi et le Wimax.L’Arcep a également annoncé lundi la préparation d’une procédure d’attribution de nouvelles autorisations permettant l’utilisation de la boucle locale radio, utilisables notamment pour mettre sur pied des couvertures à haut débit via la technologie Wimax. Celle-ci permet l’accès sans fil à l’internet à haut débit dans un rayon beaucoup plus large que le Wifi. Cette procédure permettra l’attribution de deux nouvelles autorisations dans la bande 3,4-3,6 GHz en chaque point du territoire, en plus de la troisième déjà délivrée à Altitude Telecom.La technologie Wimax permettrait d’apporter le très haut débit dans les zones peu habitées.La procédure préparée par l’Arcep prévoit que dans les régions où la demande dépasse l’offre, les candidats seront départagés sur la base de trois critères : la contribution au développement territorial du haut débit, l’aptitude du projet à favoriser la concurrence et le montant de la redevance.L’ensemble de ce dispositif devrait ainsi favoriser "l’émergence de nouvelles technologies radio de nature à contribuer au développement du haut débit et à l’émergence de services innovants dans notre pays", a souligné M. Champsaur.Le président de l’Arcep a également insisté d’une manière inhabituellement ferme sur l’action des collectivités locales pour constituer "une réelle alternative à France Télécom" en matière d’offre d’accès internet à haut débit, via les technologies DSL. "Aujourd’hui plus d’une cinquantaine de projets de réseaux ont été lancés par les collectivités, en partenariat avec le secteur privé. Le montant des investissements prévus est de plus d’1 milliard d’euros, dont 600 millions d’euros de financement public. D’ores et déjà, leur impact sur l’extension géographique du dégroupage est perceptible", a indiqué l’Arcep.L’Autorité souhaite ainsi "que les collectivités locales puissent utiliser au mieux cette nouvelle disposition, et que le dialogue avec les opérateurs s’installe le mieux possible".Elle a mis en place le CRIP, le Comité des Réseaux d’Initiative Publique, qui s’est réuni pour la première fois le 14 juin dernier. Celui-ci étudiera notamment le développement de l’accès haut débit pour les zones d’activité, dans lesquelles le développement de la fibre optique pour les entreprises devrait constituer un facteur d’attractivité, de compétitivité et de création d’emplois.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :