mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le secrétaire à la défense américain effectue une visite sous haute tension (...)

Le secrétaire à la défense américain effectue une visite sous haute tension en Irak

Le Monde, avec AFP, AP et Reuters

mercredi 5 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le secrétaire à la défense américain, Robert Gates, qui effectue mercredi 5 décembre une visite "surprise" en Irak, après s’être rendu en Afghanistan, s’est dit confiant qu’un Irak "stable, sûr et démocratique" était "à portée de main", lors d’une conférence de presse à Bagdad. Pourtant, au fil de la visite du chef du Pentagone, plusieurs attentats dans le pays ont semblé contredire cet optimisme, rendant l’objectif de sécurité et de stabilité difficile à atteindre.

M. Gates s’est rendu mercredi matin à Mossoul, au nord de Bagdad, où il s’est entretenu avec des responsables militaires américains dans la région, considérée comme une des plus dangereuses du pays. Peu avant son arrivée, l’explosion d’une voiture piégée a tué un civil devant un commissariat de la troisième ville d’Irak et fait cinq blessés. Dans la même journée, des véhicules piégés ont fait sept morts à Bakouba et Kirkouk, deux autres villes situées au nord de la capitale.

DES GAINS DE SÉCURITÉ "PRÉCAIRES"

Juste après l’arrivée de Robert Gates à Bagdad, un attentat dans une rue commerçante de la capitale a tué au moins quatorze personnes et blessé une trentaine d’autres. L’explosion s’est produite dans le quartier de Karrada, à environ un kilomètre de la "zone verte", secteur ultra-protégé où siègent l’ambassade américaine et les principales institutions irakiennes. Robert Gates, qui s’exprimait mercredi peu après dans cette même "zone verte", a reconnu que tout gain de sécurité dans le pays était "précaire". Le chef du Pentagone a reconnu les efforts faits au niveau local pour améliorer la sécurité des Irakiens, estimant cependant qu’il y avait encore beaucoup de progrès à faire au niveau des forces nationales de sécurité irakiennes.

L’armée américaine et les autorités irakiennes affirment cependant que la sécurité s’est considérablement améliorée en Irak, en particulier à Bagdad, après le lancement en février 2007 d’une vaste offensive. Selon elles, les affrontements entre groupes armés sunnites et milices chiites, ainsi que les enlèvements et exécutions de civils, y ont diminué, ainsi que les attentats meurtriers de grande envergure sur les carrefours, marchés et rues populaires du centre-ville. Mardi, la branche irakienne d’Al-Qaida a menacé les "traîtres et les apostats" (terme désignant généralement les forces gouvernementales), contre lesquels elle a promis une nouvelle vague d’attentats.

A Bagdad, Robert Gates (g.) s’est entretenu mercredi 5 décembre avec le premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki (d.). - AFP


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :