mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Lavrov : "Marche arrière" des Etats-Unis sur la défense antimissiles

Lavrov : "Marche arrière" des Etats-Unis sur la défense antimissiles

Xinhua

jeudi 6 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a critiqué mercredi les Etats-Unis pour leur coopération sur la défense antimissiles, la qualifiant de "marche arrière" par rapport aux accords conclus précédemment.

Les Etats-Unis ont rejeté une proposition russe sur la surveillance d’éventuelles installations américaines en Pologne et en République tchèque, et l’idée d’une évaluation conjointe sur des menaces pouvant activer le système, a fait savoir M. Lavrov.

"Un grave retournement par rapport à ce sur quoi nous étions d’accord est évident" dans le document provenant des Etats-Unis, a estimé M. Lavrov lors d’une conférence de presse.

"Cette affaire ne se concentre plus sur la présence permanente des officiers russes dans d’éventuelles installations dans les positions en République tchèque et en Pologne, mais il s’agit de visites par intermittence", a-t-il précisé.

Moscou s’oppose vivement au bouclier antimissiles américain qui doit être prochainement installé en Europe, affirmant qu’il s’agit d’une menace évidente à la sécurité de la Russie.

Les Etats-Unis ont "exprimé leur volonté de prendre en considération les préoccupations de la Russie", mais en même temps, ils n’abandonnent pas leur plan de déployer des éléments de la défense antimissiles en Pologne et en République tchèque, a-t-il fait remarquer.

Au cours des négociations 2+2 tenues en octobre à Moscou, les deux pays ne sont pas parvenus à un accord sur la défense antimissiles en Europe.

Le chef d’état-major russe, le général Iouri Balouevski a déclaré que la Russie n’acceptera jamais le plan américain sur la défense antimissiles, selon l’agence de presse RIA Novosti.

Le Gal Balouevski est actuellement en visite aux Etats-Unis pour discuter de la coopération sur la défense antimissiles et le traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE), ce qui est considéré comme la base de la sécurité de l’Europe. Moscou a suspendu le traité FCE, en le qualifiant de "discriminatoire et désuet".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :