jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Enquête à la CIA sur la destruction de vidéos d’interrogatoires (...)

Enquête à la CIA sur la destruction de vidéos d’interrogatoires "musclés"

Le Monde

dimanche 9 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le département américain de la justice a annoncé, samedi 8 décembre, l’ouverture d’une enquête préliminaire interne, "conjointement avec les services de l’inspecteur général de la CIA", sur la destruction, en 2005, de deux documents vidéo de la CIA qui montraient des membres présumés d’Al-Qaida soumis à des interrogatoires particulièrement musclés.

"Je me félicite de cette enquête et la CIA y coopèrera totalement", a déclaré le directeur de la CIA, Michael Hayden. Il a reconnu ces derniers jours que la CIA avait réalisé en 2002 des enregistrements vidéo dans le cadre d’un programme secret de détention et d’interrogatoires, commencé avec l’arrestation d’un responsable présumé d’Al-Qaida, Abou Zobaida. Ces enregistrements visaient selon le directeur de la CIA à apporter une couverture juridique supplémentaire aux enquêteurs qui employaient de nouvelles méthodes, dures, que George W. Bush venait d’autoriser pour faire parler les prisonniers récalcitrants.

LE CHEF DES AVOCATS DE LA CIA NON INFORMÉ

M. Hayden a assuré que les interrogatoires étaient légaux et que les bandes, détruites trois ans plus tard par crainte de fuite dans la presse qui auraient permis d’identifier des agents de la CIA, ne présentaient aucun intérêt pour une enquête ’’interne, parlementaire ou judiciaire’’. Or à cette époque, des organisations de défense des droits de l’Homme et les avocats des détenus réclamaient des informations sur le programme de détentions et d’interrogatoires secrets de la CIA et où le Congrès et les tribunaux américains se demandaient si les ’’interrogatoires renforcés’’ ne s’apparentaient pas à de la torture. Citant des responsables gouvernementaux, le New York Times de samedi précise que José Rodriguez Jr., chef des services clandestins de la CIA qui a pris sa retraite cette année, avait ordonné la destruction de ces centaines heures d’enregistrement malgré l’avis de la Maison Blanche, de membres du département de la justice et du Congrès, et ce, sans même en informer le chef de l’équipe d’avocats de la CIA, John Rizzo, que cette décision avait rendu furieux.

Les élus démocrates du Congrès avaient demandé cette enquête interne, certains accusant la CIA de vouloir étouffer une affaire embarrassante. L’issue permettra de déterminer si une enquête formelle doit être lancée.

Le directeur de la CIA, Michael Hayden, le 7 septembre 2007. - AFP/EMMANUEL DUNAND


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :