jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Berne : Entreprise espionnée

Berne : Entreprise espionnée

Victor Fingal, le Matin

lundi 10 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La centrale contre le piratage informatique révèle l’existence d’une tentative d’espionnage visant une entreprise suisse spécialisée dans la recherche sur les moteurs de fusée. Les hackers provenaient de la Syrie et des territoires palestiniens

Le Hezbollah au Liban et sa menace à la frontière nord d’Israël ou les activistes palestiniens de la bande de Gaza qui envoient des roquettes Qassam imprécises sur l’Etat hébreu ont-ils voulu bénéficier de la technologie suisse de pointe pour améliorer leurs tirs ? Seule certitude, la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI) à Berne donne l’alarme. Dans son rapport semestriel sur la « situation en Suisse et sur le plan international », MELANI décrit une tentative de piratage qui a eu pour cible une société suisse spécialisée dans la technologie spatiale et dont le nom a été gardé secret. « En juin 2007, un accès non autorisé a été constaté à la zone protégée par mot de passe d’un site consacré à la recherche sur les moteurs de fusées. » Edifiant, l’accès provenait d’adresses IP - IP pour Internet Protocol : c’est le numéro qui identifie chaque ordinateur connecté à Internet - en provenance des territoires palestiniens et de la Syrie. Une semaine avant l’attaque informatique, un courriel contenant une demande de collaboration avec l’entreprise avait déjà été envoyé depuis un ordinateur dont l’adresse IP a été localisée en Palestine. Mais cette fois, au moins, les détecteurs installés sur les ordinateurs de l’entreprise suisse ont reconnu et empêché l’accès illégal aux données secrètes.

L’espionnage visant un petit cercle de 40 entreprises en Suisse spécialisées dans l’armement, la technologie de pointe mais aussi les services financiers ou les télécommunications bat son plein. Parmi les industries les plus régulièrement touchées, SonntagsBlick signale Ruag, Contraves, Mowag et OC Oerlikon. « En septembre, précise Ruedi Rytz, chef de MELANI, sur la base d’informations secrètes, nous avons averti les responsables concernés. »

Dans sa brochure consacrée à l’espionnage, l’Office fédéral de police met en garde les entreprises contre d’autres formes de tentatives. Les détenteurs de données sensibles sont parfois invités à des congrès à l’étranger où des agents vont tenter de leur extorquer des informations. Enfin, des « étudiants » venus de pays intéressés aux technologies de pointe développées en Suisse se placent parfois volontairement dans des entreprises disposant d’informations sensibles. Même les visites faites à certaines entreprises par des diplomates de haut rang accompagnés d’une délégation ne sont pas toujours innocentes


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :