mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Exclusif : offensive de séduction de la DST devant les cabinets (...)

Exclusif : offensive de séduction de la DST devant les cabinets d’audit

Pascal Junghans, la Tribune.fr

mardi 18 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un haut dirigeant du contre-espionnage français intervient ce mardi après-midi devant les associés du cabinet d’audit KPMG lors de leur assemblée générale. Une première après des années de méfiance face à ces cabinets suspectés de piller les secrets des entreprises françaises.

C’est la détente entre deux puissances qui se sont regardées pendant des années comme chiens et chats. Ce mardi 18 décembre, à 14 heures 30, le sous-directeur de la Direction de la surveillance du territoire (DST) chargé de la "protection du patrimoine" intervient devant les 400 associés de la holding française du spécialiste de l’audit et de l’expertise comptable KPMG. Ceux-ci sont réunis au Palais Brongniart pour leur assemblée générale annuelle d’approbation des comptes.

Le haut responsable policier intervient ensuite dans le cadre d’un débat "off", sans micro ni langue de bois, dit-on chez KPMG, sur le thème prospectif des risques globaux. C’est KPMG qui a été à l’initiative de l’invitation. Le responsable policier devrait intervenir "en termes généraux" devant les auditeurs et les experts-comptables de KPMG pour leur présenter les missions de son service et son avenir.

Dans les prochains jours, l’homme de la DST devrait aussi prendre la parole devant les collaborateurs d’Ernst & Young puis ceux de PricewaterhouseCoopers. Une manière de normaliser des relations qui ont toujours été conflictuelles. Les grands cabinets d’audit sont en effet tous d’origine américaine. Ils sont aussi les seuls à pouvoir valider les comptes de grandes entreprises françaises actives aux quatre coins du monde. En se penchant sur leurs comptes, ils en devinent les priorités, les forces et les faiblesses. De quoi susciter de noirs soupçons et, sans preuves, accuser ces auditeurs et ces comptables de glisser les secrets les plus croustillants de leurs clients français aux oreilles des "services" américains.

Les temps changent. Déjà, le nouveau patron de la DST, Bernard Squarcini, dans une interview à latribune.fr (19/10/07), modérait sérieusement cette méfiance : "ces cabinets d’audit (...) respectent une vraie discrétion (...) Notre philosophie est simple : nous ne sommes pas là pour distiller de la méfiance mais pour éviter le pillage de notre patrimoine". L’emménagement de la DST dans un immeuble qui fait face aux locaux d’un de ces cabinets d’audit et de conseil n’y est sûrement pas pour rien ....


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :