vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Kouchner en Inde pour parler de nucléaire civil et de contrats de (...)

Kouchner en Inde pour parler de nucléaire civil et de contrats de défense

RTLinfo.be

jeudi 20 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner est en Inde depuis jeudi pour resserrer les liens entre les deux pays, notamment dans le nucléaire civil et le secteur de la défense, un mois avant la visite du président Nicolas Sarkozy.

Le chef de la diplomatie française aura un entretien avec son homologue Pranab Mukherjee durant lequel les deux hommes "aborderont les différents aspects de nos relations bilatérales et les questions d’actualité internationale", a indiqué dans un communiqué l’ambassade de France à New Delhi.

M. Kouchner devait également rencontrer jeudi Sonia Gandhi, présidente du parti du Congrès au pouvoir et, vendredi, le Premier ministre Manmohan Singh.

Ce voyage intervient avant celui du président Sarkozy fin janvier 2008 et s’inscrit dans le cadre du "partenariat stratégique" de 1998 "par lequel les deux pays se sont engagés à renforcer leurs relations bilatérales dans tous les domaines", notamment industriels, scientifiques, techniques et universitaires, selon la chancellerie. Surtout, M. Kouchner devrait parler de nucléaire civil, ont indiqué des sources diplomatiques.

L’Inde négocie actuellement avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) l’application d’un accord historique de coopération dans le nucléaire civil qu’elle a conclu avec les Etats-Unis. Annoncé en 2005, ratifié à Washington en 2006 puis finalisé dans une nouvelle mouture en juillet, ce texte est la pierre angulaire du rapprochement diplomatique entre l’Inde et les Etats-Unis.

Cet accord permettra au géant asiatique, si le Congrès américain l’approuve définitivement, de bénéficier de combustible, technologie et réacteurs nucléaires civils américains. En échange, New Delhi, qui refuse d’adhérer au Traité de non prolifération nucléaire (TNP), devra placer ses réacteurs civils sous le contrôle de l’AIEA.

La France et le groupe Areva espèrent un succès de ces pourparlers avec l’agence onusienne pour pouvoir sortir leur propre accord et vendre des réacteurs à l’Inde aux besoins énergétiques croissants.

En matière de défense, M. Kouchner devrait aussi évoquer l’annulation début décembre par New Delhi d’un appel d’offres de 600 millions de dollars qui avait été remporté en février par le constructeur d’hélicoptères Eurocopter, filiale de EADS.

Ce mauvais coup à l’industrie européenne de la défense est intervenu au moment où les groupes français, au troisième rang des fournisseurs d’armements de l’Inde, comptent bien pouvoir rénover les 52 avions Mirage-2000 exploités par l’armée de l’air indienne, voire vendre des Rafale.

Le marché de l’armement du géant asiatique, premier acheteur mondial parmi les puissances émergentes, est évalué à 30 milliards de dollars de contrats d’ici à 2012.

L’Inde a ouvert en août un appel d’offres de 10,2 milliards de dollars portant sur l’acquisition par l’armée de l’air de 126 avions de combat pour remplacer ses MiG-21 russes vieillissants. Cette bataille se joue entre le russe MiG, les américains Boeing et Lockheed Martin, le français Dassault Aviation —qui n’a jamais vendu son Rafale à l’étranger— l’Eurofighter Typhoon européen d’EADS, BAE Systems et Finmeccanica et le suédois Saab.

Par ailleurs, M. Kouchner participera vendredi à un débat avec des ONG indiennes sur le thème de "la solidarité internationale pour la santé".

Cette visite "permettra également d’approfondir notre dialogue avec l’Inde sur les enjeux globaux, en matière d’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique, de santé publique et de lutte contre les maladies émergentes", a précisé l’ambassade.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :