dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM : le déploiement du bouclier américain en Europe vise à brider la (...)

ABM : le déploiement du bouclier américain en Europe vise à brider la Russie (Lavrov)

RIA Novosti

mercredi 26 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le déploiement d’éléments du bouclier antimissile américain en Europe n’est pas destiné à intercepter des missiles iraniens, comme le prétend Washington, mais à brider la Russie, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov mercredi dans une interview au quotidien Vremia novosteï.

"Selon une analyse approfondie, l’objectif n’est pas de mettre en place un système de neutralisation des menaces hypothétiques émanant d’Iran, mais de brider la Russie. Nous sommes prêts à partager les objectifs déclarés par les Etats-Unis. Mais pour y parvenir, les Etats-Unis utilisent des méthodes qui laissent supposer que leur dessein est tout autre", a indiqué M. Lavrov.

Le chef de la diplomatie russe a rappelé qu’en juillet dernier, le président Vladimir Poutine avait proposé aux Etats-Unis d’exploiter conjointement le radar de Gabala que la Russie louait à l’Azerbaïdjan au lieu de déployer en Europe un système de défense antimissile (ABM).

"Si cette proposition est adoptée, nos relations avec les Etats-Unis et l’Europe seront des rapports d’alliance, d’autres pays pouvant d’ailleurs y participer... Nous ne perdons toujours pas l’espoir que cette approche sera finalement acceptée, bien que les chances diminuent", a regretté le chef de la diplomatie russe.

Et d’ajouter : "La partie américaine choisit des méthodes unilatérales, négligeant nos préoccupations, alors qu’elles sont absolument légitimes et que nous les avons exposées en toute franchise".

Selon M. Lavrov, il pourrait aussi y avoir un "objectif parallèle" visé par les Etats-Unis, notamment la relève du pouvoir en Iran.

"Au sein des Six (pays médiateurs pour le règlement de la situation autour de l’Iran), nous avons explicitement déclaré que notre objectif était de nous persuader que le programme nucléaire iranien était civil et exempt de composante militaire. Et la relève du régime ne figure pas dans nos plans", a souligné le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie.

(Les Six : groupe rassemblant les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies - la Russie, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Chine plus l’Allemagne - ndlr.)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :