dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le ministre israélien de la Défense en Egypte

Le ministre israélien de la Défense en Egypte

Dan Williams, Reuters

mercredi 26 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak s’est rendu mercredi en Egypte pour tendre la main à ce pays, que la ministre israélienne des Affaires étrangères a accusé de mettre en péril la stabilité de la région en ne stoppant pas la contrebande d’armes vers la bande de Gaza.

L’Egypte, premier pays arabe à avoir reconnu l’Etat juif, joue un rôle-clé de médiateur dans le conflit israélo-palestinien. Les deux pays expriment sporadiquement leurs divergences quant à la meilleure manière de gérer la bande de Gaza, véritable poudrière dont le Hamas a pris le contrôle en juin.

"La paix avec l’Egypte est un atout stratégique pour les deux parties, et comme à chaque fois que nous nous sommes disputés par le passé, nous devons régler nos différends", a déclaré Barak avant ses discussions avec le président égyptien Hosni Moubarak et des responsables de la sécurité dans la station balnéaire de Charm el Cheikh, sur la mer Rouge.

Mardi, la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a dit que les efforts déployés par l’Egypte pour empêcher les contrebandiers d’armes d’atteindre Gaza étaient "nuls" et risquaient de renforcer le Hamas face au président palestinien Mahmoud Abbas, soutenu par les pays occidentaux et par Israël.

Ces commentaires ont été vivement dénoncés par Le Caire, déjà confronté à des appels du Congrès américain enjoignant à l’administration Bush de diminuer l’aide militaire à l’Egypte en raison de la contrebande d’armes entre le désert du Sinaï et la bande de Gaza et du bilan du pays en matière de respect des droits de l’homme.

"Il serait certainement mieux que la ministre israélienne se concentre sur les efforts de négociation avec les Palestiniens, au lieu de faire des commentaires hasardeux sur des sujets qu’il est inapproprié pour elle d’aborder sans les connaissances adéquates", a déclaré un porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Hossam Zaki.

Deux parlementaires américains - le sénateur républicain de Pennsylvanie Arlen Specter et le représentant démocrate du Rhode Island Patrick Kennedy - ont menacé d’accentuer les pressions sur l’Egypte.

"Ils bénéficient beaucoup des largesses et de l’argent américains, 2 milliards de dollars par an (1,4 milliard d’euros)", a déclaré Specter à des journalistes.

"L’Egypte peut faire bien davantage d’efforts. S’ils n’en font pas, je pense qu’il serait pertinent d’ajuster en conséquence l’aide que nous leur accordons", a-t-il ajouté.

Selon le Jerusalem Post, qui cite un responsable égyptien non identifié, Le Caire a employé les aides américaines à l’acquisition d’un système avancé permettant de repérer les tunnels vers Gaza. L’ambassade d’Egypte en Israël n’a pas souhaité commenter cette nouvelle.

Barak devrait notamment évoquer les questions de sécurité aux frontières et le sort du sergent israélien Gilad Shalit, retenu prisonnier par le Hamas depuis juin 2006.

Version française Natacha Crnjanski


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :