mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Les révélations sur des discussions avec les talibans embarrassent Gordon (...)

Les révélations sur des discussions avec les talibans embarrassent Gordon Brown

AFP

jeudi 27 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les révélations sur de supposées négociations directes avec les talibans en Afghanistan provoquaient jeudi en Grande-Bretagne une controverse sur le bien-fondé d’une telle stratégie, à laquelle Gordon Brown s’était pourtant récemment dit fermement opposé.

La polémique a été déclenchée par un article mercredi du Daily Telegraph évoquant des contacts directs cet été entre des agents du MI6, les services du renseignement extérieur britannique, et des chefs talibans, lors de réunions tenues dans la province d’Helmand, dans le sud afghan.

Une source proche des services de renseignement a assuré au journal que des "rencontres ont eu lieu avec jusqu’à une dizaine de talibans ou avec des talibans qui venaient de déposer les armes", des interlocuteurs qui "donnaient l’impression d’être des personnages ayant un rôle important au sein des talibans".

Dans une déclaration à la chambre des Communes le 12 décembre, Gordon Brown avait pourtant écarté l’idée d’un dialogue direct avec les talibans. "Notre objectif est de vaincre les insurgés en isolant et éliminant leurs chefs. Je dis très clairement que nous n’engagerons aucun pourparler avec ces gens", avait affirmé le Premier ministre.

L’impact des révélations du Daily Telegraph a été amplifié par l’expulsion d’Afghanistan jeudi de deux diplomates britannique et irlandais de l’ONU et de l’Union européenne, accusés d’avoir établi des contacts dans la province d’Helmand avec les insurgés.

"Nous ne pouvons pas négocier avec les gens qui tuent nos soldats", a réagi Liam Fox, le porte-parole conservateur à la Défense. "S’il y a des combattants ou des chefs talibans qui souhaitent un Afghanistan en paix et démocratique, alors naturellement c’est bienvenu, mais nous ne pouvons pas aboutir à un compromis avec ceux qui tuent nos hommes."

Près de 8.000 soldats britanniques sont actuellement déployés dans le sud de l’Afghanistan.

L’intention de négocier directement avec les talibans avait été prêtée à M. Brown par la presse avant son allocution aux Communes. Face au tollé provoqué, il avait tenu quelques heures plus tard un discours a minima, aligné sur la stratégie de réconciliation nationale du président afghan Hamid Karzaï, qui propose aux talibans repentis d’intégrer le processus politique.

Mais The Independent considérait jeudi la polysémie des termes alors employés par M. Brown. "Qui est le ’nous’, qu’est-ce que ’négocier’, précisément qui sont les talibans", se demandait le quotidien.

La presse de référence, assez unanime, mettait peu en doute la pertinence de discussions avec certains talibans, mais appelait le gouvernement à préciser sa stratégie.

"Si de tels contacts offrent une chance de paix, ils devraient être poursuivis", écrivait le quotidien conservateur Daily Telegraph, rappelant à Liam Fox que son propre parti n’avait pas hésité à ouvrir les négociations avec l’Armée républicaine irlandaise (IRA) au début des années 1990 en Irlande du Nord.

"Plutôt qu’éviter cela (des discussions), M. Brown devrait expliquer à l’électorat pourquoi cela pourrait entrer dans une combinaison de pression militaire et d’incitation économique qui ébranlerait l’autorité des plus intransigeants comme le mollah Omar", ajoutait le Telegraph.

Les commentateurs mettaient ainsi en avant l’hétérogénéité des talibans, grossièrement divisés en trois entités : les irréductibles liés à Al-Qaïda, les dévoués à la cause mais susceptibles de réhabilitation, et les simples sympathisants affiliés d’abord pour assurer leur subsistance.

Si comme le remarque le Times, "il n’y a pas de personnages comme Gerry Adams ou Martin McGuinness (leaders du Sinn Féin, l’aile politique de l’IRA, personnages clé du processus de paix en Irlande du Nord) parmi le haut commandement des talibans", tout l’art reste d’identifier les rebelles susceptibles de faire défection.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :