samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Bush réunit le Conseil de sécurité nationale sur le Pakistan

Bush réunit le Conseil de sécurité nationale sur le Pakistan

AFP

samedi 29 décembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le président américain George W. Bush a réuni vendredi le Conseil de sécurité nationale par vidéoconférence pour faire le point sur la situation au Pakistan après l’assassinat de Benazir Bhutto, a indiqué la Maison Blanche.

La Maison Blanche s’est par ailleurs dite confiante dans le fait que l’arsenal nucléaire pakistanais était sécurisé et ne risquait pas de tomber entre les mains des extrémistes pour le moment.

Dans son ranch de Crawford (Texas, sud), M. Bush a reçu pendant une heure un compte-rendu de la situation pakistanaise par les services de renseignement américains et par l’ambassadeur des Etats-Unis à Islamabad, Anne Patterson, a indiqué un porte-parle de la Maison Blanche, Scott Stanzel.

M. Bush a affirmé au cours de cette conférence la nécessité de "soutenir la démocratie au Pakistan et d’aider le Pakistan dans son combat contre l’extrémisme et le terrorisme", a rapporté M. Stanzel.

"Nous continuons à être au côté des Pakistanais et leur présentons nos plus sincères condoléances au moment où ils pleurent la mort de Benazir Bhutto", a dit M. Bush, selon M. Stanzel.

Le Conseil de sécurité nationale est le principal forum où le président examine les questions de sécurité nationale et les affaires étrangères avec ses plus hauts ministres et collaborateurs.

M. Bush a ainsi réuni vendredi, parmi d’autres, le vice-président Dick Cheney, la chef de la diplomatie Condoleezza Rice, le secrétaire à la Défense Robert Gates, le directeur de la CIA Michael Hayden, le premier directeur adjoint du renseignement Donald Kerr, et de hauts responsables militaires : le général James Cartwright, chef adjoint de l’état-major, et l’amiral William Fallon, chef du Centcom, le commandement compétent pour le Proche-Orient, l’Asie centrale et l’Afrique orientale.

L’administration se démène pour faire en sorte que le Pakistan, allié crucial dans la lutte contre le terrorisme mais aussi puissance nucléaire militaire, ne sombre pas encore davantage dans le tumulte après l’assassinat de l’ancien Premier ministre Benazir Bhutto jeudi.

Le sort de l’arsenal nucléaire pakistanais est l’un des motifs de préoccupation du gouvernement américain.

"A ce stade et autant que je sache, nos services de renseignement estiment que l’arsenal d’armes (nucléaires) pakistanais est en sécurité", a dit M. Stanzel.

M. Stanzel n’a pas dit si M. Bush avait évoqué la sécurité nucléaire pakistanaise lors de son entretien téléphonique avec son homologue Pervez Musharraf jeudi.

Mais il a reconnu implicitement qu’il s’agissait d’un important sujet de discussion entre officiels américains et pakistanais, devant l’instabilité pakistanaise.

Des discussions ont ainsi eu lieu avec le nouveau chef des armées pakistanaises, le général Ashfaq Kiyani, sur "la manière dont nous (les Etats-Unis) pouvons apporter notre aide sur le front politique et sur le front de la sécurité", a-t-il dit.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :