lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > La Russie poursuit le développement de son propre GPS

La Russie poursuit le développement de son propre GPS

Bertrand Braux, 01net

mercredi 2 janvier 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La constellation russe Glonass a accueilli trois nouveaux satellites le 25 décembre. Le système de navigation de l’ex-URSS devrait en compter vingt-quatre en orbite en 2009.

Selon l’AFP et les sites russes russianforces.org et www.russianspaceweb.com, le 25 décembre dernier, jour de Noël, la Russie a procédé au lancement de trois satellites de nouvelle génération pour son système de navigation Glonass, concurrent du GPS et de Galileo. Il s’agit du second lancement de ce type en 2007, puisqu’un premier trio de satellites avait été propulsé en orbite au mois d’octobre depuis le site de Baïkonour au Kazakhstan. Au total, la constellation est désormais composée de 18 satellites en orbite, mais il est prévu qu’elle en compte 24 à l’horizon 2009 si les lancements se poursuivent à ce rythme.

Pour l’instant, le réseau Glonass ne permet de couvrir que le territoire russe, mais à terme il est prévu pour fonctionner dans le monde entier. Il pourrait ainsi concurrencer le GPS américain ainsi que le système européen Galileo toujours en devenir, mais dont le financement a été finalisé récemment. Une fois la phase de déploiement terminée, ce dispositif sera contrôlé par l’armée, à l’instar du GPS américain, mais il devrait servir pour un usage essentiellement civil.

Un projet issu de l’ère soviétique

Le Glonass (Global Navigation Satellite System) est un projet qui date des années 80 et qui a vu le jour sous le régime de l’ex-Union soviétique.

En 1995, les 24 satellites étaient en orbite et le dispositif est partiellement opérationnel, mais il tombe rapidement en décrépitude étant donné la situation économique de la Russie suite à l’effondrement du bloc soviétique et au manque de crédit alloué à la recherche spatiale. En l’an 2000, seuls six satellites étaient encore en état de fonctionner.

Et fortement soutenu par Poutine

Mais depuis 2001, le développement du Glonass a été relancé et s’est considérablement accéléré ces deux dernières années sous l’impulsion de Vladimir Poutine. Selon l’AFP, le président russe désirerait équiper son labrador, Koni, d’une balise Glonass. « Quand pourrai-je avoir un équipement pour ma chienne Koni pour la retrouver si elle s’enfuit ? », a demandé lundi 24 décembre, le chef d’Etat à son premier vice-premier ministre, Sergueï Ivanov, qui présentait le plan de mise en orbite de trois nouveaux satellites du système Glonass.

« Les colliers pour chiens et chats seront disponibles dans les magasins dès juillet 2008 », lui a très sérieusement répondu S. Ivanov, cité par l’agence Itar-Tass. Au-delà de l’anecdote, cet échange témoigne du grand intérêt que porte l’homme fort de la Russie au système de navigation russe par satellite.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :