jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Hardware > Le CNRS s’offre un supercalculateur

Le CNRS s’offre un supercalculateur

Nouvelobs.com

lundi 7 janvier 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le Centre national de la recherche scientifique s’est doté d’un supercalculateur extrêmement puissant réalisé par IBM, ce qui place la France au troisième rang dans le monde pour le calcul intensif dans le secteur de la recherche civile, a annoncé lundi la présidente du CNRS, Catherine Bréchignac.

La présidente du CNRS, Catherine Bréchignac a annoncé lundi 7 janvier que la France se plaçait au troisième rang mondial dans le domaine de la recherche civile grâce a l’acquisition récente d’un calculateur. Cet outil, d’une puissance de calcul de 207 téraflops c’est-à-dire capable d’effectuer 207.000 milliards d’opérations à la seconde, sera accessible à toute la communauté scientifique et au monde de l’entreprise. Il est implanté sur le site de l’Institut du développement et des ressources en informatique scientifique (Idris) à Orsay.

Étude sur le climat

Le supercalculateur, qui sera opérationnel en mars, permettra d’abord de "satisfaire les besoins urgents" tels que l’étude du climat pour faire face aux engagements pris dans le cadre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), a indiqué le Directeur général du CNRS, Arnold Migus. Lors d’une conférence de presse la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, a déclaré que cela permet à la France de "rattraper son retard" dans le domaine des supercalculateurs en la plaçant derrière les Etats-Unis et l’Allemagne. Le coût de cette plate-forme de calcul intensif, a-t-il précisé, se monte à 25 millions d’euros sur quatre ans, maintenance comprise.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :