lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM : Moscou fidèle à la position formulée par le président russe (...)

ABM : Moscou fidèle à la position formulée par le président russe (MID)

RIA Novosti

jeudi 10 janvier 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Moscou restera fidèle à la position sur l’ABM définie par le président Poutine, a déclaré jeudi à Varsovie le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Kisliak avant ses négociations avec la délégation polonaise.

"La Russie apportera au problème de l’ABM une solution appropriée aux propositions formulées par le président russe Vladimir Poutine", a affirmé M. Kisliak.

Le président russe avait antérieurement proposé de créer à Moscou un centre d’échange d’informations sur les tirs de missiles. Un centre analogue pourrait également être implanté dans une capitale européenne, par exemple à Bruxelles. Il avait également invité les Etats-Unis à utiliser conjointement les radars russes de Gabala et d’Armavir au lieu de déployer leurs forces de frappe en Pologne et en République tchèque.

"C’est le premier entretien que nous menons sur cette question avec nos collègues polonais", a constaté M. Kisliak avant d’ajouter qu’il appréciait le fait même que ce dialogue ait lieu.

Le chef adjoint de la diplomatie russe est à Varsovie à la tête d’une délégation d’experts pour discuter du déploiement en Pologne d’éléments du système américain de défense antimissile. La délégation polonaise aux négociations est conduite par le vice-ministre des Affaires étrangères Witold Waszczykowksi.

A l’issue des consultations bilatérales avec la participation des experts, M. Kisliak rencontrera le ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski.

En décembre dernier, lors d’une réunion du Conseil OTAN-Russie à Bruxelles, le chef de la diplomatie polonaise a invité des experts russes à Varsovie pour examiner le projet de déploiement d’éléments du système ABM sur le territoire polonais.

Les Etats-Unis envisagent d’implanter ces éléments en Pologne et en République tchèque sous prétexte de contrer la menace balistique émanant de l’Iran. Moscou estime que ces arguments ne sont pas convaincants et considère le déploiement d’éléments de l’ABM près des frontières russes comme une menace à sa sécurité nationale.

Peu après sa nomination en novembre dernier, le nouveau premier ministre polonais Donald Tusk a déclaré qu’il n’était pas un partisan aussi actif de l’ABM américain que le président Lech Kaczynski. Selon M. Tusk, avant de prendre une décision définitive au sujet du système ABM, Varsovie aimerait examiner cette question "aussi bien avec l’OTAN qu’avec ses voisins les plus proches, dont la Russie".

Mercredi dernier, au cours d’une conférence de presse à Varsovie, M. Tusk a fait savoir aux journalistes que les Etats-Unis n’avaient pas garanti à la Pologne que le déploiement de leur base ABM sur le territoire polonais renforcerait la sécurité du pays.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :