dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le Portugal rejette les accusations sur le transfert de détenus à (...)

Le Portugal rejette les accusations sur le transfert de détenus à Guantanamo

AFP

mardi 29 janvier 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le gouvernement portugais a rejeté mardi les conclusions d’un rapport d’une ONG britannique, selon laquelle le Portugal aurait contribué au transfert de plus de 700 prisonniers vers le camp américain de Guantanamo, à Cuba.

"Naturellement, nous rejetons les conclusions de ce rapport", a déclaré le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Manuel Lobo Antunes à l’agence Lusa.

728 des 774 prisonniers, passés par le camp de Guantanamo, ont transité par le Portugal, a affirmé l’ONG Reprieve, qui dit se fonder sur des données officielles portugaises ainsi que sur des informations du département américain de la Défense et des témoignages de prisonniers.

"Nous manifestons notre condamnation, notre rejet et aussi notre indignation", a ajouté M. Lobo Antunes, soulignant que "le gouvernement portugais a fourni toutes les informations dont il dispose, en toute transparence".

"La majorité des cas évoqués concernent le survol du territoire portugais par des appareils qui transporteraient —et cela n’a pas été prouvé— des détenus", a-t-il relevé. "Aucun élément n’indique que le Portugal a agi de façon illégale", a-t-il affirmé.

Il y a un an, le Parlement européen avait critiqué plusieurs Etats de l’UE pour avoir fermé les yeux sur les transferts secrets de prisonniers par la CIA. Ces critiques faisaient suite à un rapport d’une commission d’enquête du Parlement qui avait révélé qu’au moins 1.245 vols affrétés par la CIA avaient traversé l’espace aérien européen, citant nommément 14 pays.

Mardi, l’eurodéputé portugais Carlos Coelho (PSD, opposition), qui présidait cette commission, a estimé "exagéré de présumer que l’ensemble de la population de Guantanamo soit passé par le Portugal".

Interrogé par Lusa, depuis Bruxelles, il a par ailleurs jugé "curieux" que l’ONU britannique mette en avant le cas du Portugal "sans enquêter avec la même détermination sur les allégations qui concernent d’autres pays européens et qui sont beaucoup plus graves".

En février 2007, la justice portugaise avait à son tour ouvert une enquête sur l’éventuel survol du territoire portugais par des vols illégaux de la CIA.

Selon une source du ministère public, ses conclusions devraient être rendues "à très court terme".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :