mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > MAM : « Je veux mettre fin à la propagande terroriste »

MAM : « Je veux mettre fin à la propagande terroriste »

Propos recueillis par Jean Chichizola et Marie-Amélie Lombard-Latune, le Figaro

jeudi 31 janvier 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre de l’Intérieur s’inquiète des agissements d’individus isolés influencés par Internet et d’une menace d’attentat chimique.

Michèle Alliot-Marie, qui sera entendue mardi par la commission des lois de l’Assemblée nationale, a décidé de réunir chaque semaine les responsables de la lutte antiterroriste.

LE FIGARO. Quelle est aujourd’hui la première menace terroriste pour la France ?

Michèle ALLIOT-MARIE. Le terrorisme islamiste est bien sûr notre première préoccupation. Des groupes liés à al-Qaida, au Maghreb, au Liban ou dans la zone pakistano-afghane peuvent vouloir frapper des Français expatriés ou des militaires en opération. Ils peuvent chercher à perpétrer des attentats sur notre sol. Enfin, des fanatiques isolés et fragiles peuvent être manipulés en France même par ces groupes et devenir des kamikazes en puissance. Ce fut le cas il y a quelques mois pour un islamiste interpellé par la Direction de la surveillance du territoire dans l’est de la France.

Comment ces individus peuvent-ils être manipulés ?

Parfois par les membres de réseaux, mais aussi par le biais d’Internet. On y trouve aujourd’hui la propagande terroriste mais aussi des conseils pour fabriquer des explosifs ou même des armes chimiques.

Craignez-vous particulièrement une attaque chimique ?

Les groupes terroristes connaissent très bien le fonctionnement de nos sociétés et cherchent à y semer la terreur la plus dévastatrice et la plus médiatique. Une attaque chimique provoquerait un effet de panique.

Comment mieux lutter contre une telle utilisation d’Internet par les terroristes ?

C’est une de mes préoccupations majeures, et l’une des priorités que j’ai assignées aux services. Cela nécessite du matériel supplémentaire, des effectifs spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité, des moyens juridiques. Je veux que nous puissions arrêter la propagande terroriste, découvrir les réseaux opérationnels, remonter jusqu’à eux et les empêcher de nuire.

De nombreux sites Internet sont domiciliés dans des pays étrangers, et notamment aux États-Unis, ce qui rend leur interdiction plus difficile…

J’irai prochainement aux États-Unis pour étudier avec les responsables américains comment renforcer notre efficacité antiterroriste, tout en respectant naturellement les libertés fondamentales. J’ai également régulièrement des discussions avec mes partenaires européens sur ce point.

Il y a quelques jours, un groupe de jeunes, présentés comme des « anarcho-autonomes », a été interpellé par les services de police qui les soupçonnaient de visées terroristes. Peut-on parler d’un retour du terrorisme d’extrême gauche ?

C’est un phénomène limité mais incontestable. Depuis plusieurs mois, j’étais encore ministre de la Défense, j’ai souligné les risques d’une résurgence violente de l’extrême gauche radicale. Le passé nous a montré que la faiblesse des partis politiques extrêmes ouvre souvent la voie aux groupuscules terroristes comme Action directe, les Brigades rouges ou la Fraction armée rouge. L’anticipation est essentielle dans la lutte contre le crime en général et le terrorisme en particulier. Elle est la meilleure des protections. Dès mon arrivée à l’Intérieur, j’ai voulu une direction de la prospective et de la stratégie et j’ai chargé la future Direction centrale du renseignement intérieur de suivre tout particulièrement ces phénomènes.

Croyez-vous à une résurgence de tels groupes en France ?

Nul ne peut le prévoir. Mais la situation évolue extrêmement vite. En quelques mois, depuis l’élection présidentielle, on est passé des slogans radicaux aux cocktails Molotov et aujourd’hui à la volonté de fabriquer de véritables engins explosifs.

A-t-on une idée de l’importance de cette mouvance violente ?

Ce sont quelques dizaines d’individus rassemblés dans des petits groupes informels à l’idéologie assez sommaire. Ils se caractérisent par leur rejet de toute espèce d’expression politique démocratique et leur discours extrêmement violent. Autant de motifs qui m’ont poussée à renforcer leur surveillance par les services de renseignements et de police judiciaire.

Michèlle Alliot-Marie : « L’anticipation est essentielle dans la lutte contre le crime en général et le terrorisme en particulier. Elle est la meilleure des protections. » (Bouchon/le figaro)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :