mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Des révélations sur la CIA embarrassent Copenhague

Des révélations sur la CIA embarrassent Copenhague

Antoine Jacob, le Figaro

vendredi 1er février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’agence américaine aurait utilisé illégalement le territoire danois pour transférer des islamistes.

L’AFFAIRE des transferts secrets d’islamistes soupçonnés de terrorisme par la CIA embarrasse un nouveau gouvernement. Le territoire du Danemark aurait servi au transit d’avions de la centrale américaine au cours des années qui suivirent les attentats du 11 septembre 2001. Selon un documentaire de la télévision publique danoise (DR), des appareils ont fait escale à plus de 45 reprises sur l’aéroport de Narsarsuaq, au Groenland. Ce territoire autonome sous souveraineté danoise est stratégiquement situé entre l’Amérique du Nord et l’Europe septentrionale.

Or, comme l’a rappelé jeudi le premier ministre Anders Fogh Rasmussen, Copenhague « a par le passé fait clairement savoir au gouvernement américain que tout survol du territoire danois hors des conventions internationales serait inacceptable ». Le dirigeant libéral a affirmé que son gouvernement de centre droite enquêterait sur les révélations de la télévision qualifiées de « graves ».

De son côté, le chef de la diplomatie du royaume, le conservateur Per Stig Moller, a annoncé qu’il demanderait « des explications » aux autorités américaines, qui « n’ont apparemment pas tenu leurs promesses ». Washington avait en effet assuré le gouvernement danois, l’un de ses plus fidèles alliés en Europe, que rien d’illégal n’aurait lieu sur son territoire.

La soudaine fermeté danoise à l’égard des États-Unis n’est pas suffisante, estime l’opposition. Celle-ci réclame une commission d’enquête « indépendante » sur ce que savait réellement le gouvernement à propos des transferts « illégaux » de terroristes présumés, via le Groenland, vers des prisons secrètes de la CIA. jeudi, un ancien dirigeant du Groenland, Josef Motzfeldt, a accusé le cabinet danois d’avoir « menti » au gouvernement autonome de ce territoire où les États-Unis disposent d’une base et au Parlement de Copenhague.

Porte-à-faux

Pour Anders Fogh Rasmussen, cette affaire est gênante à triple titre. D’une part, il lui sera difficile d’éviter une enquête indépendante. Son gouvernement est soutenu au Parlement par une majorité ne tenant qu’à la voix d’une députée indépendante, qui s’est dite prête à appuyer les demandes de l’opposition.

Ce dossier place également le premier ministre en porte-à-faux avec le gouvernement Bush, qu’il avait soutenu pendant la guerre en Irak. Copenhague avait été l’une des rares capitales de l’UE à contribuer à la coalition militaire. Les derniers soldats ont été rapatriés l’été dernier, à l’exception de pilotes.

Enfin, les révélations de DR tombent au moment où, à Copenhague, la rumeur insistante prête au premier ministre des ambitions européennes. Sa fragilisation sur la scène danoise et le rappel, à l’occasion de l’épisode des vols de la CIA, de ses solides affinités transatlantiques ne serait pas forcément un atout pour lui. L’intéressé, lui, assure vouloir boucler son troisième mandat, entamé l’automne dernier.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :