samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Le ministère de la Défense recommande Thunderbird et Postfix à ses (...)

Le ministère de la Défense recommande Thunderbird et Postfix à ses fonctionnaires

Christophe Guillemin, ZDNet.fr

vendredi 1er février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’intégralité des 200 000 postes du ministère va devoir passer à la messagerie Thunderbird de Mozilla et au serveur de messagerie libre Postfix, à la place d’Outlook et Exchange. Des cas particuliers seront tolérés, mais sur justificatif des directions.

Le ministère de la Défense continue de délaisser les solutions propriétaires de Microsoft, au profit d’alternatives libres. Alors que les 70 000 PC des gendarmes passent à Ubuntu, une grande majorité des 200 000 postes de l’administration du ministère vont être équipés de l’outil de messagerie Thunderbird, de la Mozilla Foundation.

C’est ce que préconise la récente « directive définissant les règles de la messagerie électronique », du 8 janvier dernier. Un document évoqué lors d’une conférence sur le salon Solution Linux, et dont ZDNet.fr s’est procuré une copie (télécharger le fichier PDF).

Obligatoire, sauf exceptions

Thunderbird y est « recommandé », soit le niveau en dessous d’« obligatoire ». Cela signifie qu’il peut « exister des raisons valables, dans des circonstances particulières, pour ignorer la règle édictée, mais les conséquences doivent être comprises et pesées soigneusement avant de choisir une voie différente ».

Les directions du ministère préférant conserver Outlook pourront le faire, mais en justifiant leur choix. « On s’oriente donc vers une généralisation de Thunderbird. Toutefois, des exceptions sont possibles pour tenir compte des usages spécifiques liés à l’interopérabilité », a déclaré Thierry Leblond de la DGSIC (*), direction chargée d’élaborer la politique du ministère en matière de systèmes d’information. Il répondait aux questions de Tristan Nitot, président de Mozilla Europe, qui se réjouit bien entendu de cette recommandation.

Le responsable du ministère précise qu’elle aura nécessité 18 mois de dialogue entre les différents organismes comme l’armée de terre, l’armée de l’air, la Marine nationale ou la gendarmerie.

Exchange troqué contre Postfix

Côté serveur, la directive préconise Postfix, un serveur de messagerie électronique libre dont le développement a été lancé par le néerlandais Wietse Zweitze Venema. Après Outlook, le ministère prend donc également ses distances vis-à-vis d’Exchange.

Les raisons de ce choix ne sont pas précisées, mais le ministère a déjà justifié sa préférence pour les logiciels libres. La gendarmerie a voulu passer à Firefox, puis à Thunderbird et prochainement à Ubuntu, par désir d’indépendance vis-à-vis des éditeurs, et pour les économies engendrées.

Le passage au libre sur le poste de travail de la gendarmerie est censé permettre de réaliser 7 millions d’euros d’économies par an, majoritairement sur les licences.

(*) Direction générale des systèmes d’information et de communication.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :