mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM : pas de décision définitive sur le déploiement en Pologne du bouclier (...)

ABM : pas de décision définitive sur le déploiement en Pologne du bouclier antimissile américain (Tusk)

RIA Novosti

mercredi 6 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La Pologne n’a pas encore pris de décision définitive sur le déploiement sur son territoire d’éléments du bouclier antimissile américain, a déclaré le premier ministre polonais Donald Tusk dans une interview aux médias russes mercredi, à la veille de sa visite à Moscou.

Le chef du gouvernement polonais se rendra à Moscou en visite de travail vendredi 8 février.

"Nous n’avons pas encore pris de décision définitive sur le bouclier antimissile, a indiqué M. Tusk. Mais en tout état de cause, pour ce qui concerne les relations russo-polonaises, on ne doit pas oublier que la Pologne fait partie de l’Union européenne (UE) et de l’Alliance de l’Atlantique Nord, tout en entretenant des rapports d’alliance avec les Etats-Unis".

M. Tusk a souligné que dans les relations bilatérales Varsovie-Moscou son gouvernement s’assignait pour objectif de resserrer les liens russo-polonais. "Je voudrais que ces intentions soient prises au sérieux (par la partie russe)", a poursuivi le chef du gouvernement polonais.

Par ailleurs, M. Tusk a fait savoir que la Pologne n’envisageait pas d’accueillir sur son territoire de bases de l’OTAN.

"Or, a-t-il fait remarquer, l’installation de bases de l’OTAN ne dépend pas de la Pologne".

Le premier ministre polonais a aussi confirmé qu’au cours de ses futures négociations à Moscou il entendait suggérer la construction d’un gazoduc terrestre (meilleur marché) à titre d’alternative à celui qui est posé actuellement sur le fond de la mer Baltique.

Donald Tusk est leader du parti libéral Plateforme civique (PO) qui préconise l’amélioration des relations avec la Russie. Il a été nommé premier ministre en novembre dernier à l’issue de la victoire de son parti aux élections législatives. Auparavant, le poste de chef du gouvernement était occupé par son rival politique, leader du parti conservateur Droit et justice (PiS) et frère jumeau du président polonais, Jaroslaw Kaczynski.

Les deux frères Kaczynski sont partisans d’une politique dure envers Moscou. Le premier ministre polonais Donald Tusk se rendra en Russie pour une visite de travail le 8 février à l’invitation de l’administration russe.

La dernière visite à Moscou d’un premier ministre polonais - Leszek Miller, leader du parti Gauche Polonaise (Polska Lewica) - remonte à plusieurs années. Ni l’actuel chef du gouvernement polonais ni ses prédécesseurs ne sont allés en Russie.

Evoquant en décembre dernier à Gdansk sa visite à Moscou, M. Tusk avait déclaré qu’il souhaitait s’entretenir au plus vite de l’amélioration des relations russo-polonaises.

Il s’était alors déclaré satisfait de la levée de l’embargo russe sur les importations de viande polonaise, espérant que "le processus (de réchauffement des relations entre Varsovie et Moscou) se poursuivrait.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :