dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Un chef taliban afghan blessé et capturé dans l’ouest du (...)

Un chef taliban afghan blessé et capturé dans l’ouest du Pakistan

AFP

lundi 11 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Un chef des talibans afghans, le mollah Mansoor Dadullah, a été blessé et arrêté lundi dans l’ouest du Pakistan, près de la frontière afghane, au cours d’une opération de police, a-t-on appris de sources policières.

"Il a été blessé et arrêté" près du village de Gowal Ismaïl Zaï, dans la province du Baloutchistan, où il se cachait dans une maison avec quatre de ses hommes, également capturés, a déclaré à l’AFP le chef de la police locale, Saud Gohar.

"Il a résisté quand nos hommes ont lancé l’opération, sur la base d’informations des services de renseignement sur sa présence", a ajouté cette source.

Il est difficile de savoir cependant si Mansoor Dadullah était réellement ou non un important chef taliban en Afghanistan. Un haut responsable des services de sécurité pakistanais a assuré à l’AFP sous couvert de l’anonymat que sa capture pourrait être la conséquence d’une querelle entre Mansoor Dadullah et le haut commandement des talibans.

Mansoor avait succédé à son frère aîné, le mollah Dadullah, l’un des plus importants chefs militaires des talibans dans le sud de l’Afghanistan, tué dans une attaque conjointe des forces de l’Otan et de l’armée afghane le 11 mai 2007.

Les insurgés afghans avaient cependant annoncé en décembre que leur chef suprême, le mollah Omar, avait limogé Mansoor Dadullah parce qu’il avait "désobéi aux ordres de l’Emirat islamique" des talibans.

Mais un porte-parole de Dadullah avait démenti cette information et cette cacophonie avait suggéré une certaine zizanie au sein des rebelles fondamentalistes afghans.

Ces annonces contradictoires survenaient au moment où la presse se faisait l’écho de négociations entre les services de renseignement britanniques et un haut responsable taliban dans la province de Helmand, bastion des insurgés dans le sud afghan, et là où les soldats de Londres sont les plus présents au sein des forces internationales.

La capture de Dadullah survient au lendemain d’un discours du secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, assurant que la présence des talibans afghans et de combattants d’Al-Qaïda au Baloutchistan ou dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, également frontalières, représentaient une menace directe pour les autorités d’Islamabad.

Le gouvernement pakistanais a une nouvelle fois démenti samedi les allégations d’un haut responsable américain qui, sous couvert de l’anonymat, avait assuré à la presse à Washington que le mollah Omar se cachait à Quetta, la capitale du Baloutchistan, et Oussama Ben Laden dans les zones tribales du nord-ouest.

L’armée y combat depuis 2002 des talibans pakistanais, qui hébergent leurs homologues afgans, chassés du pouvoir fin 2001 avec leurs protégés d’Al-Qaïda par une coalition internationale emmenée par les troupes américaines.

Cette même coalition, aux côtés d’une force internationale de l’Otan, mène en Afghanistan, avec l’armée nationale, la guerre contre les insurgés talibans hostiles au régime du président Hamid Karzaï.

Les talibans n’ont pas confirmé la capture de Dadullah, mais Zabihullah Mujahed, l’un de leurs porte-parole, a assuré à l’AFP que Mansoor Dadullah était l’un des cinq talibans libérés de prison à Kaboul en mai dernier en échange de la vie du journaliste italien Daniele Mastrogiacomo, alors retenu en otage par les rebelles islamistes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :