lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Filières irakiennes : sept personnes renvoyées devant le tribunal

Filières irakiennes : sept personnes renvoyées devant le tribunal

AP

lundi 11 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Sept personnes mises en examen dans le cadre de l’enquête sur une filière d’acheminement de djihadistes de France vers l’Irak, ont été renvoyées devant le tribunal correctionnel de Paris, a-t-on appris lundi de sources judiciaires.

Elles sont poursuivies pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et encourent jusqu’à 10 ans d’emprisonnement. Trois des prévenus sont encore en détention et quatre sont en liberté.

L’enquête a mis à jour l’existence d’une filière de combattants à destination de l’Irak, qui aurait été organisée depuis Paris par un prédicateur du XIXe arrondissement. Une dizaine de personnes auraient emprunté ce réseau pour aller combattre en Irak. Au moins trois ont trouvé la mort.

En janvier 2005, trois hommes sont arrêtés par la Direction de la surveillance du Territoire (DST, contre-espionnage) dans le XIXe arrondissement de Paris. Farid Benyettou, 26 ans, considéré par les enquêteurs comme la figure centrale de ce dossier, Thamer Bouchnak et Cherif Kouaci, 25 ans tous deux, qui devaient s’envoler pour la Syrie.

Farid Benyettou affirme avoir fait partir une dizaine de personnes, à partir de février 2004, en Irak pour y combattre les forces de la coalition emmenée par les Etats-Unis aux côtés du groupe d’Abou Moussab al-Zarqaoui. Ce dernier, qui avait prêté allégeance au chef du réseau Al-Qaïda Oussama ben Laden, est mort en juin 2006 dans les environs de Bagdad.

Dans le XIXe arrondissement, Benyettou prêche un islam radical aux jeunes qui veulent bien l’écouter, certains se laissant convaincre. L’un d’eux racontera que Benyettou l’avait convaincu de "mourir en martyr pour mériter le Paradis".

Les candidats au djihad s’arrêtent en Syrie avant de gagner l’Irak. A Damas, ils sont accueillis par l’un des membres de cette filière présumée, Boubakeur el Hakim, résident quelques jours dans un appartement de la capitale syrienne avant de gagner les zones de combat.

A Falloujah, certains vont trouver la mort, comme Redouane el Hakim, frère de Boubakeur, et Tarek Ouinis, respectivement en juillet et septembre 2004. Abdelhalim Badjoudj, 19 ans, décédera lors d’une opération kamikaze sur la route de l’aéroport de Bagdad.

Mohamed el Ayouni, blessé grièvement en novembre 2004 dans la zone de combat, sera arrêté un an plus tard en Syrie avant d’être expulsé vers la France en juillet 2006 où il sera mis en examen et incarcéré jusqu’en octobre 2007.

Un autre Français, Peter Cherif, arrêté à Falloujah en octobre 2004, est toujours détenu en Irak où il a été condamné à 15 ans de détention. Le parquet de Paris a ouvert en 2006 une information judiciaire pour "arrestation illégale". Boubakeur el Hakim, 24 ans, sera arrêté en mai 2005 à son retour de Syrie.

Farid Benyettou, Boubakeur el Hakim, Thamer Bouchnak, Cherif Kouaci, Mohamed el Ayouni, 25 ans, Nacer Eddine Mettai, 37 ans, et Saïd Abdellah, 39 ans, seront jugés pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Ils encourent jusqu’à dix ans de détention.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :