dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le SCRS utilise des informations obtenues par la torture, affirme le (...)

Le SCRS utilise des informations obtenues par la torture, affirme le CSARS

La Presse Canadienne

mercredi 13 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Une enquête menée par l’organisme qui surveille les opérations du Service canadien du renseignement de sécurité a permis de conclure que l’agence d’espionnage "utilise des informations obtenues par la torture", ce qui constitue peut-être l’évaluation la plus brutale jamais faite des pratiques du SCRS.

Le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS), qui a commencé à se pencher sur la question il y a deux ans, ne va pas jusqu’à accepter l’affirmation de l’avocat torontois Paul Copeland voulant que le SCRS ait fait preuve d’une "absence totale de souci" au sujet d’éléments de preuve possiblement obtenus au moyen de méthodes coercitives.

Cependant, l’organisme a conclu que le SCRS se préoccupait davantage de l’impact que pourrait avoir le recours à la torture sur la fiabilité des élements de preuve obtenus, que de ses obligations vis-à-vis de la Charte canadienne des droits et libertés, du Code criminel et des traités internationaux qui "rejettent absolument la torture".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :