dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Les Etats-Unis et l’Europe mal préparés à des cyber-attentats

Les Etats-Unis et l’Europe mal préparés à des cyber-attentats

Bernhard Warner, Reuters

jeudi 4 novembre 2004, sélectionné par Spyworld

BARCELONE, Espagne (Reuters) - Les prochains attentats d’envergure ne seront pas nécessairement menés par un poseur de bombe kamikaze ou un pirate de l’air, mais plutôt par une personne assise derrière son ordinateur, a prédit un membre du Congrès américain spécialiste de la sécurité des technologies de l’information.

Les agents du contre-terrorisme sont aux prises avec un nouveau type de menace, un morceau malveillant de code informatique capable de mettre hors service dans le monde entier des infrastructures sensibles comme des réseaux d’électricité ou de contrôle du trafic aérien.

"Si vous êtes un terroriste, vous n’avez même pas besoin de bombe. Si vous pouvez contrôler les réseaux d’électricité depuis un ordinateur quelque part, vous pouvez faire beaucoup de dégâts", a expliqué à Reuters Tom Davis, membre du Congrès américain et co-président de groupe de travail gouvernemental sur les technologies de l’information.

"Nous sommes anxieux à ce sujet", a expliqué cet élu républicain de Virginie. "Les Etats-Unis ne sont pas au point pour lutter contre ce type de menace. L’Europe non plus. On ne veut pas attendre un cyber Pearl Harbor."

Davis s’est récemment rendu en Europe pour discuter d’une coopération accrue entre les Etats-Unis et l’Union européenne sur le renforcement des réseaux d’information contre des cyber-attaques causant de plus en plus de dommages.

PARTAGER LA RICHESSE

Davis veut que les Etats-Unis consacrent une part accrue de leur budget en technologies de l’information, lourd de 60 milliards de dollars par an, à des mesures liées à la sécurité des réseaux.

Et il souhaite que les sociétés de technologie européennes et étrangères bénéficient plus de ces budgets du gouvernement américain, premier client du secteur, qui doit selon lui acheter les meilleurs logiciels au meilleur prix.

Les Etats-Unis ont dégagé selon Davis un excédent commercial de huit milliards de dollars dans les produits et services de technologies de l’information.

Mais l’administration Bush doit aussi renforcer de toute urgence ses liens avec l’Europe dans les cyber-défenses, estime Davis.

Il insiste sur le niveau croissant d’attaques de déni de service sur des sites web et des escroqueries sur internet qui semblent menées par des organisations criminelles internationales, autant de signes à ses yeux d’un besoin accru de lutte coordonnée en la matière.

Si certains cyber-outils tombent dans les mains de groupes extrémistes, ils pourraient servir d’armes pour interrompre des activités économiques et faire tomber des défenses nationales de sécurité, ajoute Davis.

"La probabilité que cela arrive dans les 10 à 15 prochaines années est élevée", estime-t-il. "C’est une cible trop facile. Regardez la précision avec laquelle ils ont opéré le 11 septembre 2001. C’est encore plus faisable."


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :