mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > « L’espionnage d’Etat » contre le Liechtenstein crée la (...)

« L’espionnage d’Etat » contre le Liechtenstein crée la polémique

Yves Petignat, Letemps.ch

mardi 19 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Les services secrets allemands auraient infiltré de longue date les banques de la principauté. Les avocats de Klaus Zumwinkel dénoncent l’obtention « illégale » de preuves.

Alors que les premières perquisitions liées au scandale de la fraude fiscale ont été opérées tôt lundi matin dans les agglomérations de Munich et de Francfort, les avocats de l’ex-patron de la Deutsche Post (DPW.XE) Klaus Zumwinkel, ont mis en cause les méthodes du Bundesnachrichtendienst (BND), les services de renseignements extérieurs allemands, pour l’acquisition des DVD ayant servi de preuve. Selon eux, les DVD contenant des données sur un millier de fraudeurs potentiels auraient été obtenus illégalement, les données informatiques ayant été l’objet d’un vol de la part de l’informateur anonyme.

Le rôle ses services secrets, qui se seraient livrés à une véritable entreprise d’espionnage des banques du Liechtenstein risque de provoquer des tensions diplomatiques. Le BND a-t-il été un simple entremetteur, ou a-t-il mené sa propre opération ? Le gouvernement aura à s’en expliquer ces prochains jours devant une commission du Bundestag.

Selon la Berliner Zeitung, le BND aurait cherché depuis plusieurs années à s’infiltrer dans les banques du Liechtenstein en payant des informateurs internes. Et c’est l’un d’eux qui aurait sorti les disquettes de données, contre le versement d’une somme variant de 4,2 à 5 millions d’euros selon les sources. Une enquête du BND sur les banques et fondations de la principauté aurait déjà été menée en 2000 - sans preuves concluantes, vu l’ancienneté des données - sur les fraudeurs allemands. Cela avait provoqué une querelle diplomatique entre Berlin et Vaduz.

Bon investissement

Cet échec, et l’affaire des versements occultes à la CDU à l’époque d’Helmut Kohl auraient justifié l’autorisation donnée par le gouvernement de Gerhard Schröder de poursuivre les opérations contre les instituts financiers du Liechtenstein. En affirmant aujourd’hui qu’ils ont été contactés par un informateur anonyme, les enquêteurs du BND veulent éviter des complications diplomatiques avec Vaduz.

Personne, au sein des partis ou du gouvernement, ne remet en cause le versement des 4 à 5 millions d’euros en échange des preuves. Cinq millions pour obtenir plusieurs centaines de millions d’impôts en retour, c’est un bon investissement, estimaient les participants à la table ronde politique du dimanche sur ARD. Le fait est que la menace d’une descente de police aurait déstabilisé plusieurs fraudeurs, qui se seraient spontanément annoncés au fisc, selon un porte-parole du Parquet de Bochum.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :