lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le Service canadien du renseignement de sécurité soutient que Charkaoui a (...)

Le Service canadien du renseignement de sécurité soutient que Charkaoui a démontré un comportement secret et violent

La Presse Canadienne

samedi 23 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le Service canadien du renseignement de sécurité soutient que le Montréalais Adil Charkaoui a démontré un comportement secret et violent et qu’il a déjà discuté de réquisitionner un appareil commercial à des "fins agressives".

Le gouvernement fédéral a ainsi déposé vendredi des certificats de sécurité mis à jour, comportant ces nouvelles accusations, en vue de déporter cinq musulmans accusés d’avoir entretenus des liens avec le terrorisme, dont Adil Charkaoui.

Ces certificats ont été rédigés en fonction des exigences de la nouvelle loi, adoptée après le jugement de la Cour suprême, qui avait jugé la précédente inconstitutionnelle.

Charkaoui a été arrêté à Montréal en mai 2003 et accusé d’être un agent dormant d’al-Qaïda prêt à frapper contre des cibles dans des pays occidentaux. L’homme originaire du Maroc a toujours nié les accusations.

Selon les nouveaux documents, en novembre 2001, Charkaoui a décrit la guerre en Afghanistan comme une bataille contre l’Islam menée par des "vilains et des Croisés".

Aussi, en juin 2000, Charkaoui aurait apparemment tenu une conversation avec deux autres personnes, à propos de leur souhait de prendre le contrôle d’un vol commercial à des fins agressives.

Toujours selon les documents, il aurait déjà postulé un emploi dans le domaine du contrôle aérien à Air Canada. De même, il aurait déjà été intéressé à travailler dans la section des bagages à l’aéroport de Mirabel.

Le SCRS suggère que ces recherches d’emploi, à la lumière des conversations précédentes, pourraientt être considérées comme la "préparation d’une attaque".

Le document soutient aussi que Charkaoui a fait montre d’un comportement violent et impulsif, puisqu’il aurait déjà battu un livreur. Enfin, selon le SCRS, Charkaoui a souvent souligné la nécessité du secret et a suggéré à un associé de "ne parler qu’en généralités".

Outre Charkaoui, quatre autres hommes sont visés par les certificats : Mohamed Harkat, Mahmoud Jaballah, Mohamed Zeki Mahjoub and Hassan Almrei.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :