lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Les Etats-Unis très dépendants de la Russie dans l’espace selon la (...)

Les Etats-Unis très dépendants de la Russie dans l’espace selon la Nasa

RIA Novosti

samedi 23 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis dépendent actuellement de la Russie pour maintenir la viabilité de la Station spatiale internationale (ISS), a reconnu devant le Congrès américain le directeur de la NASA, Michael Griffin, cité par inauka.ru.

S’exprimant lors d’auditions devant le Comité des sciences et des technologies de la Chambre des représentants, Michael Griffin a déclaré qu’il était "content d’avoir bénéficié des services spatiaux russes et que la Russie soit un partenaire pour la création de l’ISS". La participation de la Russie à ce programme, a-t-il dit, donne du temps aux Etats-Unis pour élaborer des systèmes d’acheminement du fret et des équipages en orbite et, par là même, permet aux Américains de préserver "les milliards de dollars [qu’ils ont investi] dans l’ISS".

D’ici l’année 2011 incluse, a fait remarquer Michael Griffin, la NASA paiera à la Russie, selon l’accord conclu, quelque 780 millions de dollars pour l’acheminement vers l’ISS, à bord de Soyouz, des astronautes des Etats-Unis et des autres pays avec lesquels l’agence américaine a conclu des accords. Comme le nouveau véhicule spatial Orion et le lanceur Ares 1 ne seront exploitables que début 2015, a poursuivi Michael Griffin, la NASA devra s’appuyer sur les Soyouz même après 2011. "Et il nous faudra une nouvelle autorisation du Congrès pour acquérir des services de transport russes", a noté le directeur de la NASA. "Nous avons besoin de votre aide, a-t-il expliqué, s’adressant aux membres du comité (la NASA doit impérativement avoir l’autorisation de la Chambre des représentants pour pouvoir conclure ce type de contrat avec la Russie - NdlR). Et il faut que le projet de loi soit adopté dès 2008, car les Russes ont besoin de 36 mois pour fabriquer de nouveaux Soyouz. Le contrat avec eux doit être signé avant la fin de cette année."

Les Etats-Unis, a convenu Michael Griffin, "doivent réduire leur dépendance vis-à-vis des Soyouz". "Mais il n’existe actuellement aucune autre solution concrète, a-t-il noté. Selon mes estimations, a-t-il ajouté, il est peu probable que des vaisseaux commerciaux pilotés américains fassent leur apparition d’ici 2012."

Il est à noter que le premier vice-premier ministre russe Sergueï Ivanov avait demandé à l’Agence spatiale russe (Roskosmos), voilà tout juste quelques semaines, d’intensifier son activité sur le marché, en pleine croissance, des services spatiaux. Il avait appelé à s’appuyer sur les acquis de la Russie dans l’espace pour accélérer la création de produits à forte valeur ajoutée et l’élaboration de propositions commerciales afin de pouvoir "proposer aux consommateurs nos propres complexes de services". "Faute de quoi, avait-il mis en garde, nous nous transformerons peu à peu en "cocher de l’espace" et ne ferons que servir les étrangers."


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :