mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM : signature d’un accord américano-tchèque au sommet de (...)

ABM : signature d’un accord américano-tchèque au sommet de l’OTAN (Topolanek)

RIA Novosti

mardi 26 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La République tchèque et les Etats-Unis signeront un accord sur le déploiement d’éléments du bouclier antimissile américain sur le territoire tchèque lors du sommet de l’Alliance de l’Atlantique Nord en avril prochain à Bucarest, a déclaré le premier ministre tchèque Mirek Topolanek, cité par l’agence polonaise IAR.

Washington se propose d’installer un radar ABM en République tchèque et de déployer dix missiles antimissiles sur le territoire de la Pologne.

Mercredi 27 février, le président américain George W. Bush recevra le premier ministre tchèque à la Maison-Blanche. Lors de cette visite de M. Topolanek aux Etats-Unis, il sera question des projets américains de déploiement d’un radar ABM sur le territoire tchèque, de la suppression des visas américains pour les citoyens tchèques et de la préparation du sommet otanien de Bucarest du 2 au 4 avril prochain.

M. Topolanek n’a pas exclu qu’au cours de sa visite aux Etats-Unis il soit prêt à signer un accord sur l’ABM avec Washington.

Ceci dit, le chef du gouvernement tchèque a indiqué qu’en échange de l’autorisation d’installer un radar américain sur le territoire de la République tchèque, Prague se proposait de solliciter l’accès aux résultats de la recherche militaire américaine. La République tchèque s’intéresse notamment à cinq projets américains.

Selon M. Topolanek, l’issue des négociations américano-tchèques sur l’ABM sera aussi fonction de la prise de position polonaise sur cette question.

Les Américains tentent de justifier le déploiement du bouclier antimissile (ABM) en invoquant la menace de l’Iran et de la Corée du Nord. Moscou considère que ces pays ne sont pas à même de créer des ICBM capables d’atteindre les Etats-Unis. La Russie ne comprend pas pourquoi les Américains se proposent de construire des sites militaires en République tchèque et en Pologne, soit à proximité de ses frontières. Ce qui préoccupe fortement Moscou qui perçoit ce projet comme une menace à sa sécurité nationale.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :